Linky, le compteur intelligent français, est retenu par ORES

ORES a choisi de reprendre le compteur intelligent français Linky au lieu de concevoir un mécanisme belge. ©La Vie Querçinoise

La transition vers les réseaux intelligents, ou « smart grids », approche ! Dernière avancée en date, ORES, principal GRD en Wallonie, a tranché en faveur du compteur communicant français Linky. Un choix qui contribue à l’évolution du marché de l’énergie en Belgique mais qui ne plaît pas à tout le monde.

Ça y est, ORES a pris sa décision ! Jeudi 19 novembre, il a déclaré qu’il avait décidé de collaborer avec le groupe EDF dont la filiale ERDF s’occupe du réseau de distribution d’électricité en France. À vrai dire, ORES planifie depuis un certain temps le placement de compteurs intelligents chez ses clients. Cela fait maintenant plus de cinq ans qu’il a lancé des expériences pilotes destinées à tester plusieurs systèmes de comptage et après analyses des essais, il a retenu la solution française. Pourquoi ? Car il estime que cette dernière est la plus mature actuellement sur le marché et qu’elle a l’avantage de contenir des fonctionnalités adaptables aux particularités de la Wallonie.

Linky, un système prêt à l’emploi

Le compteur intelligent Linky a déjà fait ses preuves dans l’Hexagone. Pour s’assurer de son efficacité, 300 000 modèles de ce système y ont été installés lors de phases de tests. Les résultats s’étant révélés concluants, cette technologie va y être déployée à partir du mois de décembre avec comme objectif d’être placée dans environ 35 millions de ménages français d’ici 2021.

Selon L’Echo, du côté d’ORES, on projette d’établir un cahier de charge afin de lancer un appel d’offres aux constructeurs en 2016. Ce système devrait ensuite pouvoir être appliqué sur les réseaux wallons à partir de 2019. Néanmoins, son installation ne s’étendra pas directement à tous les publics. Jean-Michel Brebant, responsable de la communication d’Ores, s’est confié à ce sujet à L’Echo:

« Le jeu de mot est facile, mais il faut déployer ces compteurs intelligents intelligemment. Nous allons commencer là où c’est le plus utile et le plus raisonnable économiquement. Un des premiers projets est de les utiliser pour remplacer les compteurs à budget, qui coûtent très cher et qui ne seront bientôt plus fabriqués. »

Après, le journal précise que ce sera sans doute au tour des « prosumers » (les propriétaires de panneaux photovoltaïques) de bénéficier du mécanisme Linky.

Qu’est-ce qu’un compteur intelligent ?

Les compteurs communicants font partie des projets utiles pour réussir la transition énergétique dans laquelle s’est engagé notre pays. Grâce aux réseaux intelligents, vous pouvez par exemple limiter les gaspillages en gérant mieux vos dépenses énergétiques.

Concrètement, un compteur intelligent peut être relevé à distance, mais aussi ouvert ou fermé. Il permet également de limiter la puissance dont vous disposez sans qu’un technicien ne doive se déplacer. Et plus globalement, ce système sert à ajuster la production d’énergie en fonction de la consommation. En prenant directement connaissance de vos besoins en électricité et gaz, les différents acteurs du réseau peuvent répondre le plus efficacement possible à la demande. Pour ne rien gâcher, l’accès immédiat à vos données devrait aussi vous aider à réaliser des économies et donc à réduire vos factures.

Pour résumer en quelques mots le but de Linky, il consiste à faire en sorte de consommer moins et mieux.

Un choix d’ORES contesté

En prenant la décision de collaborer avec EDF, ORES s’est-il éloigné de toute vision commune avec les autres gestionnaires de réseaux belges ? Philippe Massart, directeur de la communication de Sibelga, a en tout cas fait part de son mécontentement à L’Echo :

« Tous les GRD avaient entamé des discussions pour développer un cahier de charge commun et se mettre d’accord sur des normes et des fonctionnalités qui permettraient une interopérabilité entre les différents compteurs. Même si Ores a décidé de faire cavalier seul, nous prévoyons d’ailleurs toujours de lancer un marché public au printemps avec Eandis, Infrax et Resa. »

À cela Ores a répondu au quotidien qu’il désirait avancer et profiter du mécanisme Linky au lieu de perdre du temps et de l’argent à concevoir une solution propre à la Belgique. D’autant plus que selon lui, pour rappel, cette technologie française est compatible avec les spécificités wallonnes. Cependant, si les GRD belges n’harmonisent pas les systèmes qu’ils utilisent, ils provoqueront l’existence de différents standards sur le marché. De quoi compliquer la tâche aux fournisseurs d’énergie et agrégateurs qui auront pour mission d’accroître l’optimisation de votre consommation. Tout espoir n’est toutefois pas perdu, ORES se disant prêt à continuer les pourparlers avec les autres GRD.

Comments of the page

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

KillMyBill utilise des cookies pour améliorer l’expérience utilisateur. En continuant à surfer, vous acceptez les conditions d’utilisation de ces cookies. En savoir plus.