Découvrez tout sur Elia, le GRT de l’électricité

Grâce à Elia, l'électricité est acheminée depuis les centres de production vers les réseaux de distribution. © Pixabay

Sans Elia, l’électricité produite dans les centrales ne pourrait pas être acheminée dans tout le pays. L’entreprise occupe donc une place essentielle sur le marché de l’énergie. Et vous allez le voir, son activité de transport vous concerne directement car c’est vous qui la rémunérez !

Présentation de l’entreprise Elia

Avec la libéralisation du marché de l’énergie, le transport de l’électricité a été séparé des autres activités de la chaîne. C’est-à-dire de la production, de la fourniture et de la distribution. Cet événement, qui a notamment permis de favoriser la concurrence entre les différents acteurs, a nécessité au préalable une réorganisation complète du secteur. C’est une directive européenne de 1996 qui en a donné le coup d’envoi. Une fois transposée dans la loi belge, cette dernière a permis de créer Elia le 18 juin 2001.

Aujourd’hui, Elia est la compagnie qui s’occupe du transport de l’électricité à haute tension pour toute la Belgique. Autrement dit, elle est le gestionnaire du réseau de transport (GRT). Son rôle ? Acheminer l’électricité depuis les producteurs d’énergie vers les grandes entreprises, directement raccordées à son réseau, et vers les réseaux de distribution. Pour rappel, ces derniers servent à distribuer localement l’électricité jusqu’aux ménages et PME.

Pour remplir sa mission, Elia se charge de la gestion et du développement des infrastructures électriques mais aussi de la gestion du système électrique. Dans le cadre de cette seconde tâche, elle doit veiller en permanence à l’équilibre entre l’offre et la demande en électricité. Elle est donc indépendante et neutre vis-à-vis des autres sociétés du marché et se doit d’assurer la sécurité d’approvisionnement de tous les consommateurs. Qu’ils soient des particuliers, des entreprises ou des services publics.

Elia gère le transport de l’électricité sur le réseau haute tension en Belgique. Source : elia.be

Trois pôles d’activités principaux

1. Le développement du réseau électrique

Nous venons de l’évoquer : Elia s’occupe de gérer les infrastructures électriques. Ce travail consiste plus précisément à entretenir le réseau et à le développer en fonction des besoins du marché. De cette manière, l’entreprise dispose toujours d’une capacité de transport suffisante pour faire le lien entre les lieux de production et les centres de consommation. Par ailleurs, Elia participe d’une certaine façon à la transition énergétique en intégrant au sein des réseaux de l’électricité produite à partir de sources d’énergie renouvelable.

2. La gestion du système électrique

Il n’est pas possible de stocker l’électricité à grande échelle. Par conséquent, elle doit être créée au moment où il y a une demande. Cette exigence amène Elia à contrôler régulièrement l’équilibre entre la production et la consommation afin que personne ne vienne à manquer d’électricité. En cas de différence problématique, Elia dispose de deux options : soit elle fait appel à des producteurs pour injecter davantage d’électricité dans les réseaux, soit elle interrompt la consommation de façon contrôlée. Ces ajustements se font dans des limites contractuelles claires.

À noter que lorsqu’un déséquilibre survient et entraîne une brusque coupure d’électricité, on parle de black-out.

3. La mise en place de dispositions transparentes

Elia est à l’origine de plusieurs initiatives destinées à faciliter l’accès au réseau et à le rendre davantage transparent et équitable. Le but ? Permettre aux consommateurs de profiter pleinement de la libre concurrence. Pour cela, l’entreprise veille notamment à harmoniser certains mécanismes à l’échelle européenne.

Les infrastructures du réseau électrique

Les infrastructures électriques comprennent plus de 8 000 km de lignes à haute tension (de 30 000 à 380 000 volts) et de câbles souterrains répartis sur tout le territoire. Par ailleurs, le réseau comprend 22 000 pylônes et 800 postes à haute tension.

La zone d’activité d’Elia inclut la Belgique ainsi qu’une partie du Luxembourg. Par ailleurs, en plus du Grand-Duché, le réseau belge est relié aux réseaux de la France et des Pays-Bas. Grâce à cette interconnexion, les différents pays s’aident mutuellement en s’échangeant de l’énergie.

Les tarifs de transport

Les tarifs de transport d’Elia sont contrôlés et régulés par le régulateur fédéral de l’énergie, la CREG. Ils sont indiqués sur votre facture d’électricité.

Les tarifs comprennent :

  • Le tarif de raccordement au réseau : il s’agit du lien direct qui existe entre le réseau, donc Elia, et les installations électriques d’un utilisateur du réseau à haute tension (producteur, gros industriel, etc.). Impossible donc d’injecter de l’électricité dans le réseau sans le raccordement.
  • Le tarif de l’utilisation du réseau : il regroupe les frais engendrés pour la gestion du système électrique, l’entretien des infrastructures du réseau…
  • Les services auxiliaires : ce sont les coût destinés à compenser les actions d’Elia pour maintenir la fréquence et la tension du réseau, supprimer les congestions ou compenser les pertes.
  • Des surcharges sont également appliquées pour couvrir les obligations de service public imposées à Elia. Elles concernent par exemple l’achat de certificats verts, la promotion des économies d’énergie, le soutien aux énergies renouvelables et le raccordement des parcs éoliens offshore.
  • La cotisation fédérale : elle couvre un certain nombre de frais tels que le fonctionnement de la CREG et la fourniture d’électricité aux clients protégés.

Comments of the page

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

KillMyBill utilise des cookies pour améliorer l’expérience utilisateur. En continuant à surfer, vous acceptez les conditions d’utilisation de ces cookies. En savoir plus.