Quelle quantité de CO2 votre maison émet-elle ?

Le type d'énergie que vous utilisez chez vous explique en partie la quantité d'émissions de CO2 rejetées par votre logement. © Pixabay

Vous êtes-vous déjà demandé à quel point votre logement est-il polluant ? Quand vous utilisez de l’énergie, vous veillez sûrement à ne pas en abuser pour ne pas payer trop cher. Pourtant, quand vous chauffez votre maison, l’éclairez ou cuisinez, vous contribuez à l’augmentation des émissions de CO2.

Soyons clair : vous donner un chiffre précis sur la quantité de CO2 qu’émet votre logement sera compliqué. Non pas parce que nous le voulons pas mais bien parce que cette donnée change selon de nombreux paramètres comme la performance énergétique de votre habitation, votre consommation d’électricité, votre système de chauffage… Un foyer n’est donc pas un autre, tout dépend de ses caractéristiques et de vos habitudes !

Toutefois, quelques chiffres existent pour avoir une idée globale des émissions émises en Belgique. Selon l’Inventaire national des émissions de gaz à effet de serre (GES), celles-ci s’élevaient au total en 2014 à 113,9 Mt éq CO2. Cela constitue une baisse de 22 % par rapport à 1990. À savoir que dans notre pays, le principal gaz à effet de serre est le CO2. Il représentait 84,6% des émissions totales de GES en 2014.

Les émissions de CO2 sont liées à la consommation d’énergie mais évidemment, vous ne rejetez pas la même quantité si vous consommez du gaz naturel, du mazout et/ou de l’électricité. Les émissions sont en effet proportionnelles au type de combustible utilisé et sont évaluées de la manière suivante en Belgique :

  • Gaz naturel : 0.198 kg CO2/kWh
  • Mazout : 0.264 kg CO2/kWh
  • Électricité : 0.23 kg CO2/kWh

Notez que pour l’électricité, le coefficient de conversion utilisé varie selon la composition du parc de production belge. Chez nous, il faut donc en moyenne un peu plus de 4 300 kWh d’électricité pour produire une tonne d’équivalent CO2. Sachant qu’un ménage de quatre personnes consomme environ 3 500 kWh d’électricité par an, la quantité d’émissions rejetées dans l’atmosphère grimpe vite !

Les origines des émissions de CO2

Nous vous le disions, la quantité des émissions dépend de plusieurs facteurs dont les différents types d’énergie consommée. Voyons-les plus en détail.

1. L’énergie grise

L’énergie grise, c’est l’énergie cachée. Nous avons peut-être tendance à croire que l’impact environnemental d’un matériau se limite à ses composants mais cela est faux. En effet, l’énergie grise, même si elle ne se voit pas, est aussi à prendre en considération. Difficile à calculer, elle apparaît à différents niveaux :

  • au moment de la conception du produit ou du matériau ;
  • lors de l’extraction des matières premières ;
  • pendant le transport de ces matières premières ;
  • durant la transformation des matières premières et la fabrication du produit fini ;
  • lors de la commercialisation du service ;
  • au moment de l’utilisation du produit.

Par exemple, la construction de votre logement est donc loin d’être neutre en carbone !

2. L’énergie « de fonctionnement »

Son nom est assez révélateur : cette énergie représente celle que vous utilisez dans la vie de tous les jours pour vous chauffer, cuisiner, vous distraire… Plus vous consommez, plus vous rejetez des émissions de CO2. Pour limiter votre impact sur l’environnement, soyez attentif à ces quelques points :

  • l’isolation de votre logement : en veillant à la bonne isolation de votre maison, vous consommerez moins d’énergie. Le tout est d’améliorer la performance énergétique de votre habitation ;
  • la superficie et le volume de votre logement : forcément, plus vous habitez dans un endroit spacieux, plus vous avez besoin d’énergie pour chauffer toutes les pièces. Votre consommation de chauffage varie également en fonction des caractéristiques propres de votre habitation : est-elle située dans un immeuble ou est-ce une maison 4 façades ou mitoyenne ? ;
  • les équipements dont vous disposez : si vous possédez une télévision, un ou plusieurs ordinateurs, un lave-vaisselle, une machine à laver, un sèche-linge…, vous augmentez logiquement votre facture d’énergie. Pour inverser la tendance, essayez de les utiliser de manière rationnelle ;
  • le genre de combustible utilisé : votre logement est-il équipé pour le gaz, le mazout, l’électricité, le chauffage au bois… ? À chaque type d’énergie correspond une quantité d’émissions de CO2 particulière ;
  • la composition de votre ménage : plus vous êtes nombreux, plus vous consommez. Ceci dit, deux personnes habitant seules chacune dans leur propre logement consommeront au total davantage que deux personnes vivant ensemble ;
  • votre mode de vie : passez-vous beaucoup de temps à l’extérieur ou êtes-vous plutôt chez vous la plupart du temps ? Bien sûr, vous consommez moins en travaillant ailleurs qu’à votre domicile.

Afin de savoir si vous faites le maximum pour diminuer votre consommation, n’hésitez pas à réaliser le test portant sur l’efficacité énergétique de votre maison ! En attendant, vous pouvez toujours consulter le tableau ci-dessous afin d’identifier les appareils électroménagers les plus polluants.

Quantité de CO2 émise par heure par vos appareils électriques*
Appareil Puissance (en watts) Émissions de CO2 (en grammes)
Ampoule économique 11 7
Aspirateur 700-2000 455-1300
Four à micro-ondes 700-2100 455-1365
Lave-vaiselle 700-3000 455-1950
Machine à lessiver 500-3000 325-1950
Ordinateur portable 80-360 52-234
Sèche-cheveux 800-2000 520-1300
Sèche-linge 500-5700 325-3705
Télévision 80-300 52-195

*Source : site internet de la Commission européenne.

Par ailleurs, savez-vous que réduire votre facture de chauffage sera non seulement une bonne chose pour votre portefeuille mais aussi pour l’environnement ? En effet, en 2014, le chauffage résidentiel était responsable de 13,8 % des émissions totales de gaz à effet de serre en Belgique.

3. L’énergie de transport

Vous faites attention à l’énergie que vous consommez à la maison ? C’est un très bon point. Vous avez veillé à ce que votre logement bénéficie d’une bonne isolation ? Là aussi, c’est parfait. Mais parcourez-vous régulièrement des longues distances pour vous rendre au travail ? D’après certains spécialistes, cette donnée est également à prendre en compte si vous souhaitez connaître la quantité totale d’émissions que vous rejetez. En effet, en vous déplaçant beaucoup en voiture, vous utilisez une bonne partie de l’énergie que vous avez durement économisée en contrôlant votre consommation chez vous.

Sachez aussi qu’en Belgique, les transports représentaient 22,2 % des émissions totales de gaz à effet de serre en 2014. Un pourcentage important qui est d’ailleurs le plus élevé parmi les différents secteurs étudiés (agriculture, déchets, industrie, chauffage…).

Et internet ?

Nous avons pratiquement tous une connexion internet à la maison. Mais en surfant, augmentons-nous les émissions de CO2 ? Et bien oui !

L’utilisation d’internet est en effet très énergivore car nous faisons appel à ce moment-là à des millions de données stockées sur des serveurs qui consomment beaucoup d’électricité. Cela veut donc dire que dès que vous consultez vos e-mails, effectuez une recherche ou postez sur les réseaux sociaux, vous rejetez du CO2. Cependant, comme pour les points précédents, les quantités émises dépendent du mode de production de l’électricité consommée.

Concrètement, comment les diminuer ? Voici quelques astuces :

  • Imprimez seulement les e-mails dont vous avez réellement besoin ;
  • Au lieu de passer par un moteur de recherche, tapez directement l’adresse du site si vous la connaissez par cœur ;
  • Compressez vos documents avant de les envoyer ;
  • Préférez transmettre un lien hypertexte plutôt que d’envoyer des pièces jointes.

Vous avez d’autres conseils ? Partagez-les !

Comments of the page

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

KillMyBill utilise des cookies pour améliorer l’expérience utilisateur. En continuant à surfer, vous acceptez les conditions d’utilisation de ces cookies. En savoir plus.