Acheter une voiture au gaz ou électrique : une bonne idée ?

Rares en Belgique, les voitures électriques vous conviennent si vous parcourez de courts trajets en ville. Crédit : Pixabay

Vous comptez acheter une nouvelle voiture et souhaitez qu’elle pollue le moins possible ? Vous avez alors dû entendre parler des voitures fonctionnant à l’électricité ou au gaz naturel. Voici comment départager ces deux technologies ainsi que leur niveau de développement en Belgique.

Le gaz naturel n’est pas du LPG

Le LPG, ou gaz de pétrole liquéfié, est présent depuis longtemps sur le marché des carburants. Distribué dans 600 stations en Belgique, ce produit dérivé du pétrole brut comporte des avantages environnementaux par rapport au diesel. Pourtant, il rencontre de moins en moins de succès en raison, entre autres, du coût élevé de l’installation.

Preuve que son développement n’est plus à l’ordre du jour, le LPG n’a pas été repris dans la directive européenne sur le déploiement du réseau de distribution des énergies alternatives. Aujourd’hui, c’est le CNG (Compressed Natural Gas), autrement dit le gaz naturel, qui est mis en avant par quelques constructeurs.

Celui-ci correspond au gaz naturel habituel, c’est-à-dire à celui que certains d’entre vous utilisent pour chauffer leur maison. La seule différence est qu’il est stocké dans le réservoir de votre voiture sous une pression spécifique, d’où son appellation particulière.

Rouler au gaz naturel

D’après certains constructeurs, rouler au CNG serait bien plus prometteur qu’utiliser l’électricité. L’Europe semble elle aussi séduite par cette technologie, désirant ainsi que 10 % des véhicules circulant dans l’Union en bénéficient d’ici 2020.

Disponible dans de nombreux pays (Russie, Qatar, Norvège…), le gaz naturel alimente plus de 20 millions de véhicules dans le monde. En Belgique, nous comptons environ 2 000 véhicules fonctionnant grâce à lui. Par rapport au reste de l’Europe, notre pays est à la traîne mais les ventes continuent de progresser.

En août 2015, la Fédération belge de l’automobile (Febiac) confiait à l’agence Belga que « le potentiel reste cependant incroyablement sous-utilisé en Belgique ». Le problème chez nous est le manque de stations-services délivrant ce type de carburant. Toutefois, la situation est en train de changer. En effet, une soixantaine d’installations, surtout implantées en Flandre, sont déjà disponibles ou sont prévues à l’agenda.

Pour le moment, ce sont surtout des stations DATS 24 (Colruyt) qui distribuent du CNG. Aujourd’hui, elles sont une trentaine et devraient augmenter à 65 d’ici mars 2018.

Station Dats24
Le groupe Colruyt ouvre régulièrement de nouvelles stations pouvant accueillir les véhicules roulant au gaz naturel. Source : gondola.be

Pour savoir si vous pourrez faire le plein facilement, faites une recherche des stations-services CNG.

Fonctionnement

Le CNG est stocké dans un réservoir additionnel situé sous le plancher du véhicule. Il peut alimenter n’importe quelle voiture munie d’un moteur à explosion ou à combustion à condition d’apporter une modification à ce dernier. Si cette adaptation est simple, elle est également chère : comptez de 2 000 € à 4 000 € selon les modèles. Le principe est que lorsque le réservoir de CNG est vide, le moteur peut passer à l’autre carburant.

En fonction des caractéristiques de votre véhicule, vous pouvez parcourir entre 400 et 500 kilomètres en carburant au gaz naturel. Au total, considérez que ces voitures à double réservoir possèdent une autonomie de 800 km.

Sachez également qu’au contraire du LPG, le CNG est un gaz plus léger que l’air. Par conséquent, les voitures CNG ont le droit de se rendre dans des parkings souterrains.

Avantages

Par rapport au diesel ou à l’essence, le CNG comporte quelques atouts :

  • Pollution réduite : 95 % d’émissions de particules fines en moins et diminution de 30 % des émissions de CO2 ;
  • Frais de carburant avantageux : le CNG est plus cher à la pompe que le LPG mais moins coûteux que le diesel ou l’essence ;
  • Consommation réduite ;
  • Durée du plein du véhicule de 2 ou 3 minutes, comme les carburants traditionnels. C’est un plus par rapport au temps de recharge dont ont besoin les voitures électriques ;
  • Moins d’usure des moteurs grâce à une plus faible production de résidus de combustion ;
  • Véhicule au CNG compatible avec le biogaz qui est obtenu à partir de la décomposition de déchets organiques.

Inconvénients

  • Peu de points de ravitaillement en Belgique ;
  • Réservoir CNG plus encombrant et plus lourd que celui d’une installation LPG ;
  • Installation coûteuse.

La voiture électrique, à conseiller ?

En Belgique, nous croisons peu de voitures électriques sur les routes. Mais comme pour le CNG, le secteur est naissant. En 2015, nous apprenions grâce à des statistiques publiées par le SPF Économie que 2 871 véhicules de ce type sillonnaient notre pays. En 2014, ils n’étaient que 1 792. En un an, il y a donc eu une augmentation des ventes de 60,2 %.

Toutefois, le succès reste très modeste. En effet, cette croissance forte s’explique par le fait que la base est faible : selon le journal La Dernière Heure/Les Sports, « le pourcentage de véhicules électriques faisant partie du parc roulant belge ne s’élève pas à plus de 0,… 05 % ». De quoi faire retomber l’enthousiasme… Force est de constater que ce type de voitures ne convainc pas encore les Belges.

Mais alors qu’en est-il des zones de rechargement publiques ? Elles sont encore peu présentes en Belgique ! D’après les statistiques de Chargemap, seulement 2 357 prises classiques et 843 points de charge étaient accessibles en avril 2017. Les premières permettent la recharge d’une batterie plate à 100 % en ± 7 heures tandis que les seconds promettent de recharger le véhicule à 80 % en moins d’une heure. C’est principalement dans les parkings publics, des entreprises et des concessions automobiles que vous trouverez ce genre d’équipements.

Sachant qu’une borne contient plusieurs points de charge, il y aurait un peu plus de 600 bornes déployées sur le territoire belge. Un nombre peu élevé, d’autant plus qu’une directive européenne impose à notre pays d’en installer 21 000 pour 2020.

Avantages

  • Faible bruit du moteur et pas besoin de changer les vitesses ;
  • Voitures moins polluantes lorsqu’elles roulent (leur fabrication engendrerait de nombreuses émissions) ;
  • Voitures moins chères en carburant.

Inconvénients

  • Prix d’achat : si recharger en électricité votre voiture sera moins coûteux que de faire le plein d’essence ou de diesel, vous devrez investir une somme de départ importante. Auprès de certains concessionnaires, il peut même arriver que vous deviez payer un montant supplémentaire pour la location de la batterie ;
  • Autonomie de la batterie limitée : même si cette dernière ne cesse de croître, elle reste le point faible des voitures électriques. Selon les modèles, elle se situe généralement entre 100 et 300 km. La Tesla Model S arrive par contre à tenir dans les environs de 500 km.
  • Points de recharge restreints.

Quelle technologie pour qui ?

Le CNG est plutôt conseillé aux conducteurs de véhicules à essence qui souhaitent diminuer leurs frais de carburant et qui bénéficient d’une station-service proche de leur domicile.

Quant aux voitures électriques, elles vous conviendront à condition que vous effectuiez de courts trajets en ville.

Comments of the page

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

One thought on “Acheter une voiture au gaz ou électrique : une bonne idée ?

  1. Bouchez dit :

    Pour ma part, un véhicule roulant au CNG restera toujours un véhicule polluant avec tout ses inconvénients, au même titre qu’un hybride, moteur à combustion, boîte de vitesse contenant des huiles remplaçables et autres accessoires, filtres, courroies, poussières des freins, en électrique on freine en chargeant la batterie, et oui entre 100 à 150000 km avec les plaquettes, etc … devant être soit recyclés où détruits, il n’y a pas ces inconvénients avec une électrique, l’autonomie ? je parcours 160 km aller retour pour mon travail, le véhicule que je viens de commander peut en parcourir entre 200 et 230 actuellement ( moitié prix d’une tesla et technologiquement au top du top, Hyundai ioniq ) qui parcoure cela quotidiennement pour son travail hormis certaines catégories de travailleurs (euses), j’ai des panneaux photovoltaïques, une tondeuse robot, me chauffe aux pellets et pompe à chaleur, (avantages écologiques et financiers) je pense qu’en y mettant un peu du siens, nos enfants et suites y verront plus clair demain !! ( pour la voiture électrique, mieux vaut habiter la Flandre « en Belgique quand même », vous aurez droit à une prime de 5000€, pas de taxes de mises en circulation et roulages, en Wallonie vous  » Avez droit aux deux taxes et pas de primes !! », mais bon c’est compréhensible quand on voit la différence de point de recharges entre la Wallonie et la Flandre, on ne va pas inciter le Wallon a acheter électrique, et si pour 2020 il doit y en avoir 21000, quelle sera la proportion, Wallonie Flandre, l’avantage fiscal pour un véhicule 100% électrique en Belgique étant costaud pour les entreprises, indépendants, etc ( sauf particuliers ) bons nombres vont se jeter sur cette opportunité, mais si on a pas de bornes de rechargements, et qu’en plus on paye 5000€ plus cher le véhicule, on ne sera pas encore égaux sur ce coup là, mais bon !, et pour ponctuer, j’ai roulé 15 ans au LPG et le gaz c’est le gaz, j’ai eu quelques mésaventures, l’électricité, ça disjoncte simplement en cas de problèmes.( je ne suis ni vendeur, ni représentant ni quoi que ce soit, et n’ai pas d’intérêts dans l’électricité, simplement mon avis )

KillMyBill utilise des cookies pour améliorer l’expérience utilisateur. En continuant à surfer, vous acceptez les conditions d’utilisation de ces cookies. En savoir plus.