Installer des panneaux photovoltaïques : un bon plan ?

Le rendement des panneaux solaires varie notamment en fonction des technologies employées. © iStock

Transformer le soleil en électricité. Cette prouesse technique est possible grâce aux panneaux photovoltaïques dont les consommateurs belges sont friands depuis plusieurs années. Parlons de leur fonctionnement, rendement et bien sûr, des primes octroyées pour soutenir l’énergie propre qu’ils produisent.

Produire soi-même pour économiser

Aujourd’hui, les matériaux utilisés pour fabriquer les panneaux bénéficient d’une technologie avancée. Ils sont donc plus rentables et surtout, ils ont maintenant une durée de vie comprise entre 25 et 30 ans. Pratique pour profiter pleinement d’une énergie propre, gratuite et durable telle que le soleil.

Ceci dit, le photovoltaïque ne séduit pas seulement grâce à ses avantages écologiques. Soyons honnêtes, il doit également son succès aux économies qu’il permet de réaliser. Et c’est bien normal ! Qui n’apprécierait pas de pouvoir alléger sa facture annuelle d’électricité ? Ce mécanisme vous permet ainsi de recevoir des primes vertes et subventions mises en place afin de promouvoir l’énergie renouvelable. Voilà un système malin pour vous inviter à vous lancer dans l’aventure de l’autoproduction ! Sans oublier que consommer directement votre propre électricité réduira aussi vos dépenses.

Mais attention, poser des panneaux solaires n’est pas une décision à prendre à la légère ! Votre investissement doit logiquement en valoir la peine. Selon votre région, l’installation sera remboursée entre six et quinze ans. Et ce, grâce aux centaines d’euros économisés chaque année sur votre facture. À savoir que c’est en Flandre que le temps de retour sur investissement est le plus long tandis qu’il est le plus court en Wallonie (6 à 7 ans).

Principe d’une installation photovoltaïque

Posséder des panneaux solaires, c’est bien, mais c’est encore mieux quand nous comprenons leur fonctionnement ! Rassurez-vous, nous n’allons pas vous embarquer dans des explications compliquées mais vous présenter les grands principes.

Une installation photovoltaïque comprend les éléments suivants :

  • Des panneaux solaires : ils sont généralement attachés à une structure porteuse placée sur le toit de votre habitation ;
  • Un onduleur : il convertit le courant continu issu des panneaux en courant alternatif ;
  • Des câbles et un dispositif de protection de l’installation : par exemple, des disjoncteurs, parafoudres… ;
  • Un compteur d’électricité : cet appareil sert à calculer votre production d’électricité.

Objectif : obtenir de l’électricité. Mais comment ?

  1. Les panneaux sont composés de cellules photovoltaïques en silicium qui vont transformer l’énergie solaire en énergie électrique. Cette dernière est émise en courant continu ;
  2. L’onduleur convertit le courant continu en courant alternatif 230 volts pour modifier la tension électrique. Il permet ainsi d’adapter l’électricité au réseau de distribution ;
  3. Un compteur est nécessaire pour mesurer en kWh la quantité d’électricité produite par l’installation ;
  4. L’électricité produite est injectée directement sur le réseau public.

Puissance, rendement et prix

Panneau photovoltaïque
© Pixabay

Pour couvrir une partie des besoins énergétiques d’un ménage, la puissance de plusieurs panneaux solaires est nécessaire. Et justement, parlons-en de la puissance. Elle mesure en fait la capacité de production d’électricité. Cette donnée ne se calcule qu’à partir des caractéristiques propres au panneau et non selon l’endroit où il est posé. Il faut donc tenir compte du matériau qui compose l’installation photovoltaïque et de sa surface.

La surface d’un panneau standard est de 1,6m2. La puissance moyenne augmentant chaque année, elle est passée de 220 à 240 Wc.

Pour connaître le rendement, il faut partir de la puissance crête par m2 et la diviser par 1 000 W/m2 (chiffre correspondant aux conditions standards d’ensoleillement). Dans ce cas-ci, la puissance crête par m2 est de 240/1,6 soit 150 Wc/m2. Le rendement de ce panneau est donc de : 150/1000 = 15 %.

Aujourd’hui, le prix et la durée de vie de l’installation dépendent du type de panneau. Chaque installateur préfère par exemple travailler avec une marque particulière. Le rendement varie également selon le modèle mais d’autres critères viennent s’ajouter :

  • Le lieu d’installation : une toiture sans ombre offre un meilleur rendement photovoltaïque ;
  • L’inclinaison des panneaux : l’inclinaison à 35° est la plus optimale ;
  • L’exposition de votre toiture au soleil : l’exposition au sud est idéale, sud-ouest et sud-est sont aussi envisageables mais la perte de rendement avoisine les 5 % ;
  • La manière dont l’installation est effectuée (câblage, onduleur, etc.).

Dans l’ensemble, comptez que de 5 à 19 % de la lumière est convertie en électricité. Le rendement devrait toutefois continuer à progresser grâce à l’amélioration de la technologie.

Par ailleurs, notez qu’habituellement en Belgique, 1m2 de cellules photovoltaïques produit environ 100 kWh par an pour une installation solaire au rendement optimal. Pour le prix, il est de maximum 12 000 euros pour une installation de 3 kW crête.

Choisir la superficie à placer sur votre toit

La plupart du temps, nous souhaitons produire suffisamment pour couvrir notre consommation électrique annuelle.

Dans notre pays, en conditions optimales, 1 kWc équivaut environ à une production électrique de 850 kWh/an. Afin de découvrir la puissance dont vous avez besoin pour votre installation photovoltaïque, calculez votre consommation annuelle d’électricité et divisez-la par 850. Sachant qu’un ménage de trois personnes consomme en moyenne 3 500 kWh par an, il a donc besoin de 4 kWc. Comptez de 5 à 8 m2 de panneaux par kWc.

Les primes du photovoltaïque en Belgique

Autrefois octroyés dans les trois régions du pays, les certificats verts ne le sont aujourd’hui plus qu’à Bruxelles. La Flandre et la Wallonie n’en distribuent plus pour les nouvelles installations. Pour rappel, ils consistent en une aide financière destinée à inciter les contribuables à investir dans le renouvelable.

Les certificats verts sont ainsi donnés aux propriétaires d’installations de panneaux photovoltaïques et producteurs d’énergie verte. Mais attention, ils n’ont de valeur financière que lorsqu’ils sont revendus à votre GRD ou à votre fournisseur d’électricité.

En Wallonie, un nouveau système a été instauré en 2014 : la prime Qualiwatt.

De son côté, la Région flamande a estimé que l’évolution de la technologie offrait un tel rendement des installations modernes qu’il n’était plus nécessaire d’attribuer des certificats verts aux nouveaux producteurs d’électricité verte. Selon elle, les investissements seraient rentables sans de telles aides. Pour plus d’informations, consultez le site de la « Vlaams Energieagentschap » (VEA).

Les aides au photovoltaïque en Région wallonne

Qualiwatt

Le système Qualiwatt soutient les installations de faible puissance. Son mécanisme est simple : il octroie des primes pendant cinq ans et vise un retour sur investissement de 8 ans. Par ailleurs, le montant de la prime Qualiwatt (décidé par votre GRD) est fixé de façon à atteindre un taux de rentabilité de 5 %. Voilà qui est bien plus intéressant que de faire dormir votre argent sur un compte épargne !

La Tarification Progressive

Mise à jour : le gouvernement wallon a finalement décidé en 2016 d’abandonner le projet de tarification progressive.

Le gouvernement wallon a décidé de mettre en place à partir du 1er janvier 2015 la nouvelle tarification progressive, solidaire et familiale (TPSF). Elle a pour but de rendre le prix de l’électricité progressif en fonction de l’augmentation de la consommation. Concrètement, cela veut dire que les ménages les plus économes paient moins cher leur électricité. Le rapport avec les panneaux solaires ? Plus votre production se rapproche de votre consommation, moins vous puiserez dans le réseau. Donc… moins cher sera le kWh.

Les certificats verts à Bruxelles

En tant que producteur d’électricité verte, vous avez normalement droit aux certificats verts. Il faut toutefois que votre installation respecte plusieurs conditions précisées sur le site de Bruxelles Environnement.

Le principe de ce mécanisme est de vous attribuer un certificat vert pour chaque tranche de CO2 évitée. La quantité de CV octroyés par MWh d’électricité produite change suivant la technologie et la puissance de votre système photovoltaïque. La date de certification de l’installation par un organisme de contrôle agréé entre également en ligne de compte. Les certificats sont distribués pendant 10 ans après la mise en service et sont valables chacun durant 5 ans.

Par ailleurs, une prime à l’installation de panneaux solaires photovoltaïques est également disponible. Vous pouvez toutefois y prétendre seulement dans le cadre d’un bâtiment neuf passif ou rénové basse énergie.

Le compteur tourne à l’envers

En Belgique, existe le système de compensation pour les installations solaires. Son principe est souvent repris sous la formulation « compteur qui tourne à l’envers ». Concrètement, que cela signifie-t-il ?

Lorsque votre installation photovoltaïque produit de l’électricité que vous n’utilisez pas tout de suite, vous envoyez celle-ci sur le réseau. À ce moment-là, votre compteur tourne à l’envers et l’énergie injectée est valorisée au tarif auquel vous achetez l’électricité. Ce mécanisme fait donc baisser votre facture. Dès que puisez à nouveau sur le réseau, le compteur se remet à tourner dans le sens habituel. Ce système est cependant amené à disparaître.

Le principal atout des panneaux solaires sera donc d’utiliser directement leur production pour alimenter le foyer en électricité : on parle alors d’autoconsommation. Vous économisez dès que vous ne sollicitez pas le réseau pour bénéficier de courant. L’avantage financier se situe simplement dans le prix du kWh de l’électricité qui aurait dû être payé.

Les autres aides au photovoltaïque

Renseignez-vous au niveau communal ou provincial. Des primes destinées à l’installation de panneaux solaires sont parfois octroyées. Par ailleurs, vous pouvez profiter d’un taux de TVA de 6 % sur le coût des matériaux et de l’installation des panneaux si votre logement a plus de 5 ans.

Tarification d’accès au réseau d’électricité

Les propriétaires wallons de panneaux photovoltaïques doivent-ils payer un tarif pour couvrir les frais d’utilisation du réseau ? À l’heure actuelle, non. Mais ils devraient être taxés dès 2018.

Ce type de redevance avait autrefois été imposé en Flandre mais il avait été supprimé en 2013 par la cour d’appel de Bruxelles. Toutefois, depuis le 1er juillet 2015, le tarif « prosumer » est à nouveau d’application dans cette région du pays.

Questions-réponses

Pour terminer, voici quelques compléments d’information qui peuvent vous être utiles si vous décidez d’investir dans le photovoltaïque.

  1. Devez-vous changer de fournisseur d’électricité si vous installez des panneaux solaires ? Non, mais c’est toujours une bonne occasion pour comparer les offres d’électricité des fournisseurs.
  2. Le vent peut-il abîmer vos panneaux ? Sur un toit incliné, les panneaux sont fixés aux chevrons de votre toiture. Ceux-ci offrent une résistance à des vents de plus de 130 km/h. Sur un toit plat, plusieurs systèmes garantissent la résistance de votre installation contre les vents.
  3. Besoin de faire assurer vos panneaux ? En principe, vous ne devez pas prendre d’assurance complémentaire. Par contre, signalez votre investissement à votre assureur.

Vous avez d’autres questions ? Partagez-les !

Comments of the page

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

KillMyBill utilise des cookies pour améliorer l’expérience utilisateur. En continuant à surfer, vous acceptez les conditions d’utilisation de ces cookies. En savoir plus.