Révision du taux d’un crédit logement : comment être gagnant ?

Négocier un prêt hypothécaire peut mener à de belles économies à condition de bien vous y prendre auprès de votre banque. © iStock

Vous songez à renégocier votre prêt hypothécaire mais vous vous demandez si cela en vaut la peine. Pour vous aider, KillMyBill vous dit comment vous y prendre et quand vous lancer. À la clé : une bonne affaire avec des mensualités plus basses et donc des économies intéressantes.

Lorsque les taux d’intérêt chutent, il est opportun de vous pencher à nouveau sur votre crédit logement en cours. En effet, en le faisant réviser, une très bonne surprise pourrait vous attendre.

En quoi consiste la renégociation d’un emprunt ?

Lorsque vous avez acheté ou fait construire votre logement, vous avez souscrit un emprunt hypothécaire pour le financer. Vous le remboursez donc chaque mois depuis plusieurs années mais voilà que les taux d’intérêt diminuent. Évidemment, vous aimeriez profiter de cette baisse… Bonne nouvelle, cela est possible !

Pour ce faire, vous devez rendre visite à votre banque et lui demander une réduction de taux sur votre crédit en cours de remboursement. On parle alors d’« arbitrage de taux sur le contrat initial ». L’avantage de cette opération ? Un privilège vous est octroyé sans que vous ne soyez contraint de changer d’établissement bancaire.

Le déroulement d’une renégociation de crédit

Faire réviser le taux d’intérêt de votre crédit ne requiert pas l’accomplissement de démarches administratives particulières.

Nous vous recommandons de fixer un rendez-vous avec votre conseiller habituel, ce qui sera sans doute plus efficace que l’envoi d’un courrier. À condition bien sûr de prendre la peine de préparer correctement cette entrevue. Pas question ici d’arriver les mains vides.

En effet, pour que la négociation se déroule dans les meilleures conditions, veillez à rassembler toutes les informations utiles relatives à votre crédit. Par exemple, le terme du prêt, le montant emprunté, la fréquence de vos paiements et le taux d’intérêt dont vous profitez actuellement.

Dans le cas où la banque accepte d’adapter votre crédit, elle établira un avenant au contrat initial. Celui-ci fera acte de la baisse du taux et donc aussi des mensualités à verser si tel est l’avantage que vous désirez.

Attention : tout ajustement par rapport aux conditions initiales implique des modifications au niveau de la gestion du risque et des couvertures prévues à la base par l’institution financière. En effet, dans le cadre d’une diminution du taux, il est possible que le montant de vos mensualités et la durée de remboursement changent. Une garantie comme l’assurance solde restant dû devra alors être également adaptée.

Le saviez-vous ? À la suite d’un changement de législation survenu en 2016, certaines banques ont modifié leur façon de travailler. Dans le cadre d’une renégociation de crédit, elles ne proposent plus un avenant au contrat mais fournissent un nouveau prêt hypothécaire.

Une faveur rarement accordée

Signe de refus
© iStock

Il est évident que solliciter une réduction de taux n’est pas chose aisée car a priori, elle n’avantage que vous. En effet, elle implique pour votre banque un manque à gagner puisqu’elle ne pourra plus compter sur l’intégralité des intérêts que vous lui deviez initialement.

En outre, la situation est d’autant plus délicate qu’à l’époque de la souscription de votre contrat, l’établissement avait dû lui-même emprunter la somme consentie sur les marchés de gros. Si le différentiel est important, vous accorder un taux plus bas pourra donc induire pour lui un financement à perte de votre bien. Vous comprendrez dès lors que votre conseiller ne saute pas de joie à l’idée de donner une suite positive à votre demande.

Cependant, s’il y a de grandes chances que l’organisme de crédit refuse votre demande, tout n’est pas perdu. En jouant la carte de la transparence et en défendant un bon profil d’emprunteur, vous pourriez obtenir les conditions souhaitées.

Des frais moins élevés que lors d’un rachat de prêt

Si la renégociation a bien un avantage par rapport à un rachat de prêt immobilier, c’est son coût plus faible. En effet, dans le cadre d’une telle opération, le prêteur ne peut demander ni indemnité de remploi pour un remboursement anticipé, ni frais de garanties.

Par contre, il est en droit de réclamer des frais de dossier pour la réalisation de l’avenant. Comptez tout de même plusieurs centaines d’euros, généralement entre 2 et 300 euros, mais tout peut dépendre des montants en jeu.

Quand faire réviser votre crédit ?

Calendrier
© iStock

La somme réclamée pour les frais de dossier doit vous inviter à vous assurer que faire réviser votre crédit en vaut la peine. Pour cela, vérifiez que les économies réalisées grâce à la réduction du taux d’intérêt sont supérieures aux frais de dossier. Elles seront en principe plus élevées lorsque vous êtes au début de votre période de remboursement. En effet, à ce moment- là, la partie intérêts est plus conséquente que la partie capital en cas de mensualités fixes.

Généralement, il est admis que la différence entre le taux négocié et le taux actuel doit être d’au moins 1 %. Bien sûr, comparez ce qui est comparable : si vous aviez opté à l’époque pour un taux fixe, mettez-le en parallèle avec un taux du même type.

Cependant, cette règle des 1 % n’est pas toujours correcte car chaque situation est différente. Il vaut dès lors mieux calculer chaque cas séparément en tenant compte de tous les paramètres.

Comment négocier une révision du taux ?

Négocier un crédit logement ne s’organise pas à l’improviste. En effet, il vaut mieux respecter quelques étapes pour donner à votre demande toutes les chances d’aboutir.

  • Démarchez différents établissements financiers avant de fixer un rendez-vous dans votre propre banque. Le but va être d’examiner toutes les formules proposées afin d’arriver chez votre conseiller habituel avec un comparatif d’offres de rachat de crédit attractives. Vous lui prouverez ainsi que vous êtes responsable et capable d’aller voir ailleurs pour profiter de la concurrence.
  • Sollicitez votre banque actuelle et montrez les conditions obtenues auprès des autres organismes de crédit. Si elle a toujours entretenu de bons rapports avec vous, elle pourrait vous soumettre plusieurs solutions afin de vous garder comme client. En plus d’une diminution du taux, vous pourriez ainsi profiter de frais de dossier allégés.

Attention : ne tombez pas dans les pièges tendus par les institutions bancaires. En échange d’une réduction de taux, certaines vous proposeront la souscription d’un de leurs produits, rarement bon marché, tels qu’une assurance incendie ou une assurance solde restant dû. Avant d’accepter une offre, veillez donc à ce qu’elle soit réellement intéressante financièrement et rappelez-vous que vous êtes libre de choisir auprès de quel organisme conclure vos contrats.

Comments of the page

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

KillMyBill utilise des cookies pour améliorer l’expérience utilisateur. En continuant à surfer, vous acceptez les conditions d’utilisation de ces cookies. En savoir plus.