Puissance du compteur électrique : comment la choisir et l’augmenter ?

Vérifiez la puissance de raccordement électrique de votre maison afin de pouvoir utiliser en même temps plusieurs appareils. © iStock

Connaissez-vous la puissance de votre compteur électrique ? Cette information peut vous être utile car en sachant la puissance maximale que vous pouvez soutirer d’un appareil, vous éviterez qu’il ne disjoncte. Afin d’être certain que cela n’arrive pas, apprenez ici que faire et quels sont éléments à prendre en compte.

Vous voulez raccorder vos nouveaux achats à votre installation électrique ? C’est donc le moment de prêter attention à la puissance des appareils de la maison. Système de chauffage électrique, four, compresseur, machine à laver… Tous sont concernés !

L’importance de la puissance du compteur

La puissance du compteur, ou puissance de raccordement, s’exprime en kilovoltampère (kVA). Cette unité de mesure permet de calculer la puissance apparente, c’est-à-dire la puissance maximum que l’installation électrique peut supporter.

Mais la puissance peut aussi être indiquée en kilowatt (kW). Ce dernier sert quant à lui à évaluer la puissance active. Il est par exemple utilisé pour définir la puissance de vos appareils ménagers. Il est généralement admis qu’1 kVA = 1kW.

Si vous utilisez en même temps plusieurs appareils qui, ensemble, dépassent la puissance disponible, le fusible automatique se déclenche. Veillez donc à ce que la puissance de votre compteur électrique soit supérieure à la puissance cumulée de tous les équipements susceptibles de fonctionner simultanément. Par exemple, si vous avez 2 000 watts de chauffage, 1 000 watts d’éclairage, de l’électroménager pour 1 000 watts et un lave-vaisselle de 2 000 watts, vous devez disposer d’un compteur électrique avec une puissance souscrite de minimum 6 000 watts, soit 6 kW.

Le lien entre puissance et ampérage

En Belgique, les installations électriques domestiques sont habituellement raccordées au compteur avec un ampérage inférieur ou égal à 40 ampères (40 A). On peut alors calculer la puissance de raccordement en multipliant l’intensité de ce courant (40 A) par la tension à 230 volts (V) et en divisant le résultat par 1000.

Exemple : 230 V x 40 A = 9 200 VA, soit 9,2 kvA.

À savoir que dans notre pays, 40 ampères correspondent à la puissance standard. Cela suffit tout à fait pour subvenir aux besoins en électricité d’un ménage moyen.

Comment augmenter la puissance du compteur ?

Il est possible de changer la puissance du compteur pour éviter des coupures d’alimentation électrique.

Comment procéder ? Vous devez vous adresser à votre gestionnaire de réseau et lui demander une augmentation de l’ampérage de la protection, donc une augmentation de la puissance. En Belgique, cette opération est connue sous le nom de « renforcement de compteur ».

Combien cette opération vous coûtera-t-elle ?

Le coût d’un renforcement dépend de deux facteurs : le type de compteur et la différence entre l’ancienne puissance et celle désirée.

Cette manœuvre comprend un forfait de base mais n’affectera aucunement votre facture d’électricité. En effet, le prix du kWh dont vous profitez reste le même, quelle que soit la puissance de votre compteur.

À partir de 25 kVA, une étude devra cependant être réalisée par le gestionnaire de réseau et vous devrez payer les frais engendrés. Sachez également que votre GRD a la possibilité de refuser votre demande de renforcement pour des raisons pratiques. Les puissances élevées ne sont par exemple pas disponibles à tous les endroits et le maintien d’une qualité de tension est primordial.

Quel raccordement choisir selon votre consommation électrique ?

Raccordement monophasé (standard)

Le raccordement monophasé basse tension à 230 V d’une intensité de 40 A convient parfaitement pour une maison unifamiliale moyenne. Ce type de raccordement suffit dans 90 % des cas. Il permet par exemple de faire fonctionner en même temps un réfrigérateur, un congélateur, des plaques de cuisson, une machine à laver et un sèche-linge.

Dans ce genre d’installation, un seul câble à quatre brins est connecté au coffret du compteur et uniquement deux de ces brins sont utilisés. Cependant, il reste toujours possible de changer pour un raccordement triphasé si cela se révèle nécessaire.

Raccordement triphasé

Un raccordement triphasé est parfois nécessaire lorsque la puissance des appareils utilisés est importante mais il coûte généralement plus cher qu’un monophasé.

Ce type de raccordement est généralement installé lorsque vous détenez les équipements suivants : une pompe à chaleur d’une puissance élevée, un climatiseur, une installation domestique pour recharger une voiture électrique, une cuisinière industrielle…

Le raccordement triphasé standard est divisé en trois phases de 400 V et un fil neutre N. Suivant votre lieu d’habitation, il est possible que le raccordement varie et comporte plutôt trois phases de 230 V, sans neutre. Cependant, ce cas particulier est plus rare en Belgique.

Faites approuver votre installation

Lors de votre demande de renforcement de compteur, vous devez fournir à votre GRD une attestation de conformité de votre installation électrique. Ce n’est qu’une fois qu’il l’aura en sa possession qu’il procédera au renforcement. Attention, celle-ci doit être récente ! Si elle date de plusieurs années, vous devez faire contrôler votre installation électrique par un organisme agréé. De cette façon, vous pourrez prouver qu’elle respecte les prescriptions et obligations légales reprises dans le RGIE.

Par ailleurs, si vous souhaitez davantage d’informations, n’hésitez pas à consulter votre gestionnaire de réseau ou à parler avec votre installateur. Ils pourront répondre à vos questions et s’adapter à votre cas personnel.

Comments of the page

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

KillMyBill utilise des cookies pour améliorer l’expérience utilisateur. En continuant à surfer, vous acceptez les conditions d’utilisation de ces cookies. En savoir plus.