Une éolienne domestique pour produire votre électricité : à conseiller ?

Les particuliers sensibles à l'énergie renouvelable peuvent décider d'installer chez eux une éolienne pour produire leur électricité. © Pixabay

Afin de réduire votre facture d’énergie, pourquoi ne pas générer vous-même une partie de l’électricité que vous consommez ? Grâce à une politique très ambitieuse des pouvoirs publics, beaucoup de particuliers belges ont déjà sauté le pas et sont devenus producteurs d’électricité. Et si c’était à votre tour ?

Investir dans l’éolien pourrait vous être bénéfique. En effet, en vous lançant dans une activité de production, vous pouvez bénéficier des primes énergie. Nous avons déjà vu comment produire sa propre électricité avec des panneaux photovoltaïques, place maintenant à un autre mode de production : les éoliennes domestiques. Et oui, comme les animaux, les éoliennes peuvent être « domestiques » !

Un peu de culture : les fondamentaux sur les éoliennes

La structure d’une éolienne

Au niveau technique, une éolienne est composée de trois éléments principaux :

  1. Une tour, comprenant le mât, le système de commande électrique et le transformateur. Le mât peut dépasser 100 mètres de haut.
  2. Une nacelle, située en haut du mât, dans laquelle on retrouve l’alternateur qui va produire l’électricité avec éventuellement un système d’engrenages pour adapter la vitesse de rotation par rapport à celle du rotor.
  3. Un rotor, c’est-à-dire la partie mobile, entraîné par le vent et composé de pales reliées entre elles par un moyeu. Les pales peuvent tourner à une vitesse de 5 à 25 tours par minute.

Vous l’ignorez peut-être mais il existe deux types d’éoliennes ! Les éoliennes horizontales sont les plus courantes, les plus grandes et les plus puissantes ! Difficile de ne pas les remarquer ! Leur axe de rotation est horizontal, elles offrent un bon rendement et sont particulièrement bien adaptées aux zones rurales ou même à la mer (parcs éoliens offshore).

Les éoliennes verticales, avec un axe de rotation vertical, sont beaucoup moins répandues mais offrent cependant un bon rendement et s’intègrent plus facilement au milieu urbain. Elles peuvent être intégrées lors de la construction d’un bâtiment et sont placées sur des petits mâts (moins de 10m).

Éolienne verticale de toit en milieu urbain
Les éoliennes verticales ont l’avantage d’être munies de pales plus petites. © Pixabay

Le fonctionnement des éoliennes

Le vent fait tourner les pales, qui entraînent l’alternateur transformant l’énergie mécanique en énergie électrique. C’est la raison pour laquelle les éoliennes sont souvent qualifiées d’aérogénérateurs.

L’électricité générée est ensuite traitée au moyen d’un convertisseur électronique qui ajuste la fréquence du courant produit à celle du réseau (courant alternatif). La tension est également augmentée par un transformateur. Enfin, l’électricité est acheminée par des câbles vers le réseau électrique.

Le petit éolien ou éolien domestique : comment ça marche ?

Pour produire de l’électricité pour votre maison, il n’est évidemment pas nécessaire d’installer une éolienne de 130 mètres de haut ! Les particuliers se tournent vers ce que l’on qualifie souvent de « petit éolien ». Dans cette catégorie, les pales ne dépassent pas 8 mètres de long (contre 30-40m pour une grande éolienne) et la puissance de production varie de 100 W à 20 kW en moyenne.

La puissance d’une éolienne correspondant à votre consommation

Si vous souhaitez être totalement autonome en électricité, un petit calcul simple peut vous aider à déterminer l’éolienne dont vous avez besoin. Divisez votre consommation annuelle d’électricité (exprimée en kWh) par 1 000 h (ce qui correspond à la durée moyenne d’utilisation d’une éolienne en Belgique par an) et vous obtiendrez la puissance de l’éolienne nécessaire.

Par exemple, pour un foyer qui consomme 4 000 kWh par an, une éolienne d’une puissance de 4 kW devrait suffire. Généralement, il est estimé qu’une éolienne de 4 m de diamètre, d’une puissance de 2 kW et située dans des conditions de vent optimales, pourra fournir l’équivalent des besoins en électricité d’une famille de 4 personnes.

Bien placer votre éolienne

Essayez de ne pas placer une éolienne sur votre toit sauf si cela a été prévu dans la construction de votre maison. En effet, les contraintes exercées par le vent sur l’éolienne ainsi que le poids de celle-ci pourraient fissurer votre toit et l’abîmer grandement… Vous pouvez cependant regarder s’il est possible de la fixer sur le côté de votre maison, la tête dépassant du toit, mais cette position réduit la productivité de votre éolienne.

Eolienne sur pignon
Une éolienne posée sur le pignon d’une maison ne sera productive que si les consignes d’installation sont respectées à la lettre. © Pixabay

La position idéale pour une éolienne est un espace plat, une côte ou le sommet d’une colline. S’il y a des obstacles autour de votre éolienne, la distance entre le sol et le bas des pales doit être au minimum égale au double de la hauteur du plus grand obstacle.

Avant d’installer son éolienne, il faut effectuer une étude claire et précise du vent à l’endroit où l’on veut la placer. Cette analyse peut être réalisée par des bureaux d’études ou par des installateurs. La force du vent dépend de la topographie du terrain, qui doit être étendu et exposé à des vents réguliers suffisamment forts. La plupart des éoliennes démarrent avec des vents de 10 à 15 km/h.

Les démarches pour produire de l’énergie éolienne

Vous êtes convaincu ? Vous voulez installer une petite éolienne chez vous ? Bien évidemment, il va falloir quelques autorisations administratives.

1. La construction

Vous devez d’abord obtenir un permis d’urbanisme auprès de votre commune. De plus, si vous voulez éviter les conflits de voisinage, informez vos voisins de votre projet car une éolienne peut les gêner en gâchant leur vue et en causant du bruit.

Au niveau sonore, les éoliennes produisent un bruit aérodynamique saccadé lié au frottement des pales dans l’air et un bruit mécanique qui provient de la génératrice. Cependant, les petites éoliennes sont généralement très silencieuses car c’est souvent le réducteur de vitesse des grosses machines qui génère du bruit par vent fort. Les aérogénérateurs à axe vertical sont réputés pour leur silence de fonctionnement et un bon comportement dans les vents agités.

2. L’exploitation

Avant de placer un système de production d’électricité, vous devez obtenir une autorisation délivrée par le Ministre de l’Énergie sur avis de la CREG, le régulateur fédéral. Il existe cependant une exception pour les nouvelles installations lorsque, selon la CREG, leur « puissance nette développable est inférieure ou égale à 25 mégawatts électriques ».

Toutefois, elles doivent être tout de même déclarées à la CREG ainsi qu’au ministre fédéral de l’Énergie. Pour ce faire, vous trouverez un formulaire type à remplir sur le site du régulateur.

Par ailleurs, vous devez faire une demande auprès de votre régulateur régional (CWaPE en Wallonie, BRUGEL en région de Bruxelles, VREG en Flandre) pour obtenir la certification de votre installation. Ce sont aussi ces régulateurs qui vous octroient les certificats verts, que vous pourrez revendre à des fournisseurs qui ont besoin de remplir leurs obligations légales.

3. Le raccordement

Pour vous raccorder au réseau et démarrer votre production d’électricité, vous devez obtenir l’accord de votre gestionnaire de réseau de distribution et lui adresser une demande de travaux afin qu’il pose chez vous un compteur bidirectionnel.

Une installation qui produit de l’électricité doit posséder deux types de compteurs :

– Le compteur d’électricité verte (régulateur de réseau)

Ce compteur mesure la quantité d’électricité verte produite (kWh) par votre installation.

– Le compteur A+A- (gestionnaire de réseau de distribution)

Le compteur A+A- , ou compteur bidirectionnel, remplace votre actuel compteur de votre GRD. Il mesurera, non seulement votre consommation, mais également la production excédentaire d’électricité que vous injectez sur le réseau de distribution de votre gestionnaire de réseau. C’est ce compteur qui vous raccorde au réseau

Le prix d’installation d’une éolienne

Il est difficile de chiffrer précisément le prix une installation éolienne. Cependant, certains fournisseurs d’éoliennes annoncent des prix de 10 000 € HT pour une éolienne de 1 Kilowatt et de 70 000 € pour une de 20 Kilowatts, installation comprise. Les variations de prix dépendent très largement de la puissance utilisée. Il faut attendre entre 10 et 15 ans pour rentabiliser l’investissement. Le retour sur investissement dépend bien sûr de l’exposition au vent de votre éolienne, de sa puissance et de son prix.

Les aides pour produire son énergie verte

Pour bénéficier d’avantages fiscaux et de primes, vous devez demander à un professionnel agréé d’installer votre éolienne domestique. Rien ne sert donc de vous y prendre vous-même, surtout que le placement doit s’effectuer en respectant plusieurs contraintes techniques.

Avec l’éolien domestique, vous pouvez bénéficier de certificats verts. C’est votre régulateur régional (CWaPE, BRUGEL ou VREG) qui est en charge de les octroyer. Vous pouvez ensuite les vendre soit à Elia pour un prix fixe de 65€ (en Wallonie et à Bruxelles), soit à un fournisseur en négociant le prix. À noter qu’en Flandre, Elia se dit obligée « d’appliquer le soutien minimum pour les installations de production raccordées au réseau de transport local (70 kV à 30 kV) ». Consultez notre guide pratique pour savoir comment fonctionnent les certificats verts.

Avantages et inconvénients de l’éolien par rapport au solaire

En comparaison avec des panneaux solaires, une éolienne à puissance égale produit quatre fois plus d’électricité. En effet, une éolienne peut générer de l’énergie toute l’année mais aussi toute la journée (et la nuit). D’ailleurs, c’est en hiver que les vents sont les plus violents et que les éoliennes produisent le plus d’électricité. Cela tombe bien puisque c’est à cette période que les besoins sont les plus élevés.

La durée de vie d’une éolienne peut dépasser les 20 ou 30 ans (pour le haut de gamme) et son rendement (capacité à produire de l’électricité en fonction de la puissance de la source) ne décroit pas avec le temps contrairement aux panneaux solaires.

Cependant, à moins d’avoir de grands espaces dans votre jardin, vous ne pourrez pas installer une éolienne à axe horizontal. L’éolien domestique est donc le plus souvent réduit à des éoliennes à axe vertical. Or, les rendements sont moins élevés. Par ailleurs, avec l’usure, elles peuvent devenir bruyantes. Il est donc difficile d’imaginer que l’éolien domestique puisse être une solution généralisable, à la différence du photovoltaïque. Par ailleurs, en l’état actuel des primes et des aides, le solaire offre encore une bien meilleure rentabilité.

Comments of the page

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

KillMyBill utilise des cookies pour améliorer l’expérience utilisateur. En continuant à surfer, vous acceptez les conditions d’utilisation de ces cookies. En savoir plus.