Qu’est-ce qu’une offre de gaz « compensé carbone » ?

Neutralisez vos émissions de CO2 en signant un contrat de gaz compensé carbone ! © Pixabay

Le principe des formules « Ecogaz » ? Proposer le même gaz naturel que dans les autres offres, à la différence que cette fois, les émissions de CO2 issues de ce combustible sont compensées par des actions en faveur de l’environnement.

Le gaz naturel n’est pas considéré comme une énergie verte. Au contraire, il fait partie des énergies fossiles qui sont loin d’être inépuisables. En effet, elles ont besoin de millions d’années pour se former et sont utilisées trop vite par rapport au temps nécessaire à leur reconstitution.

Chaque année, un ménage moyen qui consomme environ 20 000 kWh de gaz naturel rejette environ 4 tonnes de CO2 dans l’atmosphère. Ces émissions de dioxyde de carbone contribuent à l’effet de serre qui est l’une des causes du réchauffement climatique. Et c’est exactement pour compenser leurs effets néfastes que certains fournisseurs proposent une offre de gaz compensé carbone. Lorsque vous souscrivez un tel contrat, ils investissent ainsi dans des projets de développement durable.

Gaz compensé carbone : neutraliser les émissions de CO2

Les contrats d’électricité verte sont nombreux sur le marché belge alors que ceux de gaz renouvelable sont aux abonnés absents. La raison ? La quantité produite de biométhane n’est pas assez suffisante pour commercialiser des offres de ce type.

Du coup, si vous utilisez du gaz naturel, vous couvrez vos besoins de chauffage et d’eau chaude sanitaire mais participez à la dégradation de l’environnement. D’ailleurs, en matière d’écologie, la Belgique a fort à faire. Elle serait le « cinquième pays du monde présentant l’empreinte écologique la plus élevée par habitant » selon le rapport « Planète Vivante » du Fonds mondial pour la Nature (WWF) publié en septembre 2014. Elle se classe ainsi après le Koweït, le Qatar, les Émirats arabes unis et le Danemark.

L’empreinte écologique, en résumé, est un indicateur évaluant les pressions qu’exercent les hommes sur les écosystèmes et la capacité de la Terre à se régénérer. Et celle de notre pays est importante : 7,47 hectares sont consommés par habitant alors que la moyenne mondiale est de 2,3 hectares. Si nous vous communiquons ces chiffres, c’est parce que la moitié de l’empreinte belge est causée par les émissions de CO2 générées par la consommation d’énergie des ménages et les transports.

Alors que pouvez-vous faire pour remédier à la situation ? Il y a plusieurs solutions : moins vous déplacer en voiture, mieux utiliser votre installation de chauffage au gaz, améliorer l’isolation de votre habitation mais aussi contrebalancer les émissions de CO2 que vous ne pouvez pas éviter. Comment ? En signant un contrat de gaz compensé carbone. Celui-ci ne supprimera pas les émissions nocives mais a au moins le mérite de les neutraliser au niveau climatique. Pour le moment, seuls Luminus et Mega proposent une offre de ce genre en Belgique.

… grâce au financement de projets environnementaux !

En échange du tarif que vous payez, votre fournisseur s’engage à soutenir des projets de réduction de CO2 certifiés par des organismes indépendants. De quoi compenser les émissions dues à votre consommation.

Un mécanisme d’achat de certificats CO2

Lors d’un projet luttant contre le réchauffement climatique, des organisations comme Gold Standard et l’UNFCC (Nations Unies) vérifient s’il permet en effet de diminuer les émissions nocives. Si c’est le cas, elles délivrent des certificats CO2 aux entreprises ayant financé sa réalisation.

Un fournisseur devient alors capable de rendre votre gaz neutre d’un point de vue climatique. En pratique, il prend d’abord connaissance de votre relevé de compteur annuel de gaz pour découvrir votre consommation. Il sait à ce moment-là la quantité exacte d’émissions qu’il doit compenser en suivant une formule précise. Le fournisseur Mega applique celle-ci : 1 000 kWh de gaz consommés = 200 kg CO2 émis à compenser.

À partir de là, il n’a plus qu’à se procurer le nombre de certificats nécessaires pour permettre au consommateur de participer à la préservation de l’environnement. Par ailleurs, grâce au principe de « neutralité géographique » mis en place par le Protocole de Kyoto, il est possible de compenser les émissions émises en Belgique en finançant un projet à l’étranger.

Exemple de projet financé par Mega

Parmi les initiatives que Mega soutient se trouve celle consacrée à la lutte contre la déforestation en Ouganda, en Afrique.

La population vivant là-bas utilise principalement du bois et du charbon pour cuisiner tous les jours et la déforestation est devenue très problématique. Ce projet a pour objectifs de la réduire en essayant de préserver la nature mais aussi de diminuer les émissions nocives pour garantir une meilleure qualité de vie aux locaux.

En pratique, des poêles à bois dotés de meilleures technologies sont fournis à travers le pays grâce à la création d’entreprises locales. Selon Mega, celles-ci participent au « développement de canaux de distribution durables et subventionnent le prix de poêles pour les utilisateurs finaux ».

Les résultats obtenus par cette initiative sont concluants : un poêle permet de réduire de maximum 40 % la consommation de bois et de charbon par rapport aux autres façons de cuisiner. Le gain par famille est de 75 US$. En outre, chaque appareil contribue à diminuer les émissions CO2 de 1,4 tonne par an. Ce chiffre correspond à un trajet pour une personne de Bruxelles à Washington D.C.

Un gain pour l’environnement mais à quel prix ?

Souscrire une offre gaz compensé carbone est-il plus coûteux qu’un contrat ordinaire ?

Comparons.

L’offre « Ecogaz » de Mega propose un prix variable durant 1 an en Wallonie et en Flandre et durant 3 ans à Bruxelles. En mai 2017, le coût de l’énergie en Wallonie s’élève à 2,54 c€/kWh et la redevance fixe à 45 €/an. Place maintenant à l’offre « Free » de ce même fournisseur qui inclut elle aussi un prix de l’énergie variable. À la même date, le prix du gaz est affiché à 2,35 c€/kWh et la redevance fixe à 40 €/an.

Il y a donc une différence entre les deux prix du kWh, sans compter la redevance plus chère pour l’Ecogaz.

Distinction avec le gaz renouvelable

Le gaz compensé carbone n’équivaut pas au gaz renouvelable, c’est-à-dire au biogaz. Le gaz compensé carbone n’est pas différent du gaz naturel qui alimente les foyers belges. Par contre, le biogaz est issu de sources d’énergie renouvelables. Il provient de la décomposition de matières organiques animales ou végétales et ce processus naturel de dégradation et de fermentation est appelé « méthanisation ».

Que retenir ?

En optant pour une offre de gaz compensé carbone, le consommateur accepte de payer parfois un peu plus cher pour diminuer son empreinte écologique. Si vous êtes dès lors soucieux de l’environnement, comparez les prix du gaz avec les offres de gaz compensé carbone. Si votre fournisseur actuel est plus cher, pourquoi ne pas changer ? Vous allieriez ainsi budget énergétique raisonnable et comportement écoresponsable.

En plus, en l’absence d’offres de gaz renouvelable, les contrats de gaz compensé carbone devraient se multiplier.

Mais pour réduire de manière significative vos émissions de CO2, essayez surtout de moins consommer !

Comments of the page

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

KillMyBill utilise des cookies pour améliorer l’expérience utilisateur. En continuant à surfer, vous acceptez les conditions d’utilisation de ces cookies. En savoir plus.