La filiale belge d’Eni bientôt à vendre !

Le groupe italien Eni cherche des candidats pour reprendre sa filiale belge Eni Gas & Power. © DR

Eni Gas & Power, fournisseur important d’électricité et de gaz en Belgique, pourrait changer de propriétaire. La maison-mère italienne Eni cherche en effet à vendre sa filiale belge.

L’information a été relayée par VTM et L’Echo et ensuite confirmée par Tom Vanden Borre, responsable juridique et des affaires régulatoires chez Eni Gas & Power NV. Elle ne peut donc être plus officielle. Alors que Lampiris est passé entre les mains de la compagnie pétrolière Total il y a quelques mois, c’est maintenant au tour d’Eni Gas & Power d’être prochainement racheté.

Le secteur de l’énergie est sous pression

Eni Gas & Power, société née du rachat de Nuon Belgium en 2011, occupe une place de choix sur le marché de l’énergie. Employant environ 200 personnes, elle compte 800 000 connexions et fait partie des grands acteurs du marché de l’électricité et du gaz en Belgique. Elle évolue ainsi aux côtés d’EDF Luminus, Essent, Eneco et bien sûr Engie Electrabel qui continue de dominer le marché malgré sa libéralisation totale en 2007.

Mais aujourd’hui, figurer parmi les entreprises les plus populaires ne suffirait plus. Faute à la concurrence rude entre fournisseurs qui réduit considérablement leurs marges bénéficiaires. Preuve en est, en juin dernier, la FEBEG affirmait dans un bilan portant sur l’année 2015 que cette dernière avait été « marquée par une poursuite de la baisse structurelle de l’emploi et du chiffre d’affaires ». Pourtant, grâce à un hiver plus rigoureux qu’en 2014, les Belges avaient consommé davantage de gaz naturel pour se chauffer. Seulement cela n’avait pas permis aux fournisseurs de se refaire une santé financière notamment en raison de la baisse des prix de l’énergie à la suite d’une offre abondante.

Un rachat sans conséquence pour les clients ?

Ce serait donc la forte concurrence qui pousserait le groupe italien Eni à vouloir se séparer de sa filiale belge Eni Gas & Power. Cette décision a été annoncée lors d’un conseil d’entreprise extraordinaire tenu la semaine dernière chez Eni en Belgique comme l’a indiqué Tom Vanden Borre :

« Il a été communiqué au personnel que l’actionnaire était en train de regarder s’il y a de l’intérêt sur le marché pour sa filiale belge. »

Cette nouvelle n’est en fait que la suite logique des réflexions menées par la maison-mère depuis quelques mois. En effet, elle s’était résolue au début de l’année à analyser la possibilité de cesser ses activités de fourniture de gaz et d’électricité aux particuliers. En Italie, ce secteur est particulièrement lucratif puisque l’entreprise y fournit 7,9 millions de clients. Y décelant une opportunité, l’énergéticien français EDF serait intéressé par l’acquisition de ce portefeuille selon le journal L’Echo.

Mais dans notre pays alors, que se passerait-il ? Si Eni songe à vendre sa filiale belge séparément, il est encore trop tôt pour parler de l’impact de cette décision sur l’emploi comme l’a assuré Tom Vanden Borre :

« Aucune décision n’a encore été prise. Mais nous avons voulu être transparents vis-à-vis du personnel. Il est prématuré de parler d’un éventuel effet sur l’emploi. Et pour les clients, rien ne changerait. »

Reste donc à attendre si l’actionnaire d’Eni Gas & Power trouve des candidats désireux de s’emparer de ce marché. À savoir que cette société s’occupe de la fourniture d’énergie aux particuliers ainsi qu’aux entreprises. Eni Belgium, qui est elle destinée aux gros industriels, n’est pas concernée par cette éventuelle cession.

Comments of the page

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

KillMyBill utilise des cookies pour améliorer l’expérience utilisateur. En continuant à surfer, vous acceptez les conditions d’utilisation de ces cookies. En savoir plus. X