Un crédit de liaison, c’est quoi ?

Grâce à un crédit pont, vous payez votre nouvelle maison sans devoir attendre la vente de l’ancienne. © iStock

Crédit pont, crédit de liaison ou crédit de soudure ? Qu’importe, ces trois termes sont utilisés pour désigner le même produit bancaire : un prêt destiné à couvrir la période entre l’achat d’une nouvelle habitation et la vente de l’ancienne. A priori utile, il ne reste néanmoins pas gratuit. Explications.

À chaque problème sa solution. Lorsque vous projetez de faire construire ou d’acheter un nouveau logement, vous devez généralement faire face à plusieurs soucis comme des moyens financiers insuffisants. Mais bonne nouvelle, dans certaines circonstances, vous pouvez les contourner en contractant un crédit pont.

Définition d’un crédit pont

Un crédit pont est une forme de crédit hypothécaire à court terme. Il est proposé à tous les particuliers situés en Belgique qui souhaitent acquérir un nouveau bien immobilier mais qui manquent de liquidité car ils n’ont pas encore vendu leur propriété actuelle.

Un crédit de liaison assurera ainsi la jonction entre ces deux étapes en leur permettant d’emprunter le montant nécessaire pour financer partiellement ou totalement leur nouveau logement. Avec comme avantage, un emménagement immédiat puisque inutile d’attendre la vente de leur habitation !

Un montant à définir et une durée variable

Pour bénéficier d’un crédit pont, vous devez vous adresser à une banque ou à un organisme de crédit. Après avoir pris connaissance de votre souhait, l’établissement s’attellera à déterminer le produit de la vente prévu ainsi que le montant du crédit.

Ce dernier devra généralement au moins s’élever à 12 500 euros. Le plafond maximum sera quant à lui fixé selon la nature de votre projet et votre capacité de remboursement.

Cette étape est importante car le crédit pont ne porte que sur une courte durée : entre 3 et 36 mois selon les institutions financières. Autrement dit, vous devrez être capable de verser la somme due assez rapidement. C’est pourquoi cette formule est déconseillée si vous n’attendez aucune rentrée d’argent conséquente dans un avenir proche.

Évidemment, plus la durée du crédit est importante, plus vous bénéficiez de temps pour vendre à bon prix votre bien et êtes moins soumis à la pression du candidat-acheteur lors des négociations.

Durée d'un crédit pont
Le crédit de liaison, conçu pour une courte durée, ne convient que si deux opérations successives doivent se réaliser. © iStock

Un crédit pont, comment ça marche ?

Une fois le crédit accordé par l’organisme, vous recevrez l’argent en une seule fois au moment de l’achat de votre nouveau bien. Dans le cas d’une construction, vous pourrez en principe demander à obtenir la somme par tranches. En choisissant cette alternative, vous disposerez des fonds au fur et à mesure de l’avancement des travaux et sur présentation des factures.

Dans le cadre d’une formule classique, vous devrez ensuite payer pendant la durée du crédit des intérêts à taux fixe calculés sur le montant emprunté. Vous pourrez généralement les verser chaque mois, tous les trois mois, tous les six mois ou tous les ans. Ce n’est qu’à la date de vente de votre ancien logement ou au plus tard à l’échéance du contrat que vous devrez régler le capital.

Notez que d’autres types de crédit pont vous permettront de tout rembourser lors de la vente du bien. De cette manière, vous n’aurez rien à dépenser tant que le crédit est en cours et limiterez la pression sur votre budget.

Pour information, la date de vente d’un bien immobilier étant difficile à prévoir, vous ne devrez pas payer d’indemnité de remploi en cas de remboursement anticipé du crédit pont.

Un exemple pour bien comprendre

Achat d'une maison en contractant un crédit pont
© iStock

Imaginons que vous achetez un bien immobilier d’une valeur de 250 000 euros. Vous désirez le payer grâce au produit de la vente de votre maison actuelle (230 000 euros) et à vos économies (20 000 euros).

Sachant que vous avez hâte de déménager pour commencer une nouvelle vie, vous souscrivez un crédit pont d’une durée de 24 mois et de 230 000 euros que vous prélevez en une fois. Vous profitez d’un taux de base annuel de 4,85 %. Cela signifie que vous payerez 909,54 euros d’intérêts tous les mois ou 2 739,42 euros tous les trois mois.

Au terme du crédit, vous rembourserez le capital de 230 000 euros en une seule fois.

En cas de remboursement anticipé, vous serez redevable des intérêts calculés au prorata de la période pendant laquelle vous avez bénéficié du crédit.

Attention : il est important de ne pas surestimer la valeur du bien que vous désirez vendre. Si vous le faites, vous devrez payer vous-même la différence à l’échéance. Pour éviter ce genre de désagrément, la majorité des organismes de crédit prévoient une marge et n’accordent que jusqu’à 70 % ou 90 % de la valeur estimée de l’habitation.

Si au terme du contrat vous ne parvenez pas à vous acquitter de la totalité du montant emprunté, l’établissement vous proposera soit un plan de remboursement, soit la transformation de votre crédit pont en crédit hypothécaire classique. Dans le cadre de cette seconde option, la durée de votre crédit sera prolongée et le taux d’intérêt adapté.

Frais d’un crédit pont et avantage fiscal

Sans doute qu’à l’écoute d’une publicité pour un crédit, vous avez déjà entendu qu’ « emprunter de l’argent coûte aussi de l’argent ». Ce message, imposé par la loi afin de protéger le consommateur, permet d’attirer votre attention sur les différents coûts d’un crédit.

Vous devez bien sûr tenir compte du taux d’intérêt du crédit pont. Généralement plus élevé que celui d’un crédit hypothécaire classique, il est revanche plus bas que celui d’un prêt personnel. Cette différence avec le crédit hypothécaire s’explique par le fait que pour un crédit de liaison, la banque ne dispose pas de garantie totale et court donc un risque plus important.

Contracter un crédit pont coûte de l'argent.
© iStock

En effet, constituer une hypothèque pour une courte durée sur la nouvelle maison serait déraisonnable au regard des frais qu’une telle procédure engendre. Généralement, l’établissement financier demandera d’autres garanties comme l’engagement d’une caution ou un mandat hypothécaire. Pour rappel, ce dernier revient à autoriser la banque à prendre immédiatement une hypothèque si vous ne respectez pas vos obligations.

Au taux d’intérêt s’ajoutent d’autres coûts tels que les frais de dossier et les frais d’expertise. Ces derniers sont réclamés par l’organisme de crédit car il doit faire appel à un expert en vue de déterminer la valeur du bien. Celle-ci sera ensuite consignée dans un rapport d’expertise dont vous recevrez un exemplaire.

Sachez aussi que si vous décidez de prélever le capital sous forme de tranches, vous devrez, selon les formules, payer une indemnité pour la mise à disposition des fonds. On parle alors d’indemnité de non-prélèvement ou de commission de réservation.

Enfin, pensez aux frais liés aux actes. Lors de l’achat d’un logement et de l’octroi d’un crédit, vous devrez payer des droits d’enregistrement et des frais notariés.

Attention : à l’inverse d’un crédit hypothécaire classique, le crédit pont ne donne pas droit à une déduction fiscale notamment parce que sa durée est insuffisante. Par contre, les intérêts que vous remboursez peuvent être déduits de votre revenu immobilier imposable.

Avant de contracter un crédit de liaison, vérifiez que les garanties demandées par l’institution financière ne sont pas trop coûteuses. Si elles le sont, le crédit pont ne sera pas intéressant. En outre, nous vous conseillons de faire une simulation de crédit pont et de prêt hypothécaire afin de découvrir la formule la plus avantageuse pour vous.

Comments of the page

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

KillMyBill utilise des cookies pour améliorer l’expérience utilisateur. En continuant à surfer, vous acceptez les conditions d’utilisation de ces cookies. En savoir plus.