Quel modèle de chaudière à gaz acheter ?

Choisir une chaudière à gaz ne se fait pas au hasard mais sur base de plusieurs critères ! © Pixabay

Se chauffer au gaz est une bonne idée ! Mais à condition que votre chaudière soit adaptée à votre habitation. Aujourd’hui, les modèles de nouvelle génération vous garantissent non seulement un rendement élevé mais aussi une économie d’énergie. Tour d’horizon des différents types de chaudières et de leur fonctionnement.

Mise à jour au 02 septembre 2016 : Depuis septembre 2015, si vous installez ou remplacez une chaudière, vous êtes obligé de choisir un modèle à condensation.

De nombreuses chaudières à gaz existent sur le marché. Pour vous aider à déterminer le modèle qui vous correspond, voici les caractéristiques propres à chaque mécanisme. C’est parti !

Les chaudières gaz à condensation

La chaudière à condensation offre actuellement la meilleure technologie. Grâce à son rendement élevé, elle est généralement conseillée par les professionnels. Alimentée au gaz naturel, elle est dotée d’un mécanisme qui permet d’économiser de l’énergie : de 15 % à 20 % par rapport à un système classique ! Le gain grimpe même à 30 % si vous la comparez à une chaudière de plus de 15 ans.

Fonctionnement d’une chaudière à condensation

La chaudière gaz à condensation permet de réaliser des économies.
C’est la chaudière gaz à condensation qui possède le meilleur rendement. © abconfortplus.be

La chaudière gaz à condensation est basée sur le même principe qu’une chaudière classique : brûler du gaz pour fournir de la chaleur. Mais le reste de son mécanisme est plus poussé.

Dans le brûleur a lieu la combustion du gaz. Cette réaction chimique provoque l’apparition de fumées qui contiennent de la chaleur. Celle-ci va alors être récupérée afin de chauffer l’eau qui circulera ensuite dans les radiateurs.

Pour un rendement optimal, les fumées utilisées sont refroidies jusqu’à ce que la vapeur d’eau qu’elles contiennent devienne liquide. Ce changement d’état permet de récupérer la « chaleur latente » dégagée par les vapeurs d’eau lors de la condensation.

L’eau restante est alors rejetée via une conduite d’évacuation.

À noter qu’en plus du chauffage, la chaudière à condensation peut également servir à produire de l’eau chaude sanitaire, c’est-à-dire celle réservée à la salle de bains et à la cuisine. Cette production est généralement instantanée, elle ne nécessite donc pas de stockage dans un ballon d’eau chaude.

Par ailleurs, la chaudière à condensation possède d’autres caractéristiques :

  • Elle ajuste sa puissance aux besoins réels du logement à condition qu’elle dispose d’une modulation d’allure ;
  • Elle émet moins d’oxyde d’azote (NOx) et de monoxyde de carbone (CO) que les chaudières classiques.

À titre informatif, privilégiez pour le gaz les chaudières à condensation munies des labels CE et HR TOP.

Sachez également que l’installation d’une chaudière à condensation vous donne droit à une prime. Pour en savoir davantage sur les avantages fiscaux, consultez les sites internet des organismes suivants selon votre Région : Portail de l’énergie en Wallonie , Bruxelles Environnement ou Vlaams Energieagentschap.

Les chaudières gaz à basse température

Vous chauffer à l’aide d’une chaudière gaz basse température vous permettra également de réaliser 15 % d’économies par rapport à une chaudière classique.

Pour choisir correctement votre chaudière, tenez compte de sa puissance ainsi que de son rendement de combustion. Plus celui-ci est élevé, mieux c’est. Dans le cas d’une chaudière à basse température, il atteint plus de 90 %. Cette installation est donc très performante mais comporte des points forts comme des points faibles.

Avantages de la chaudière à basse température

  • Ce type de chaudière nécessite un régime d’eau faible. Il faut donc peu de gaz pour chauffer l’eau du circuit du chauffage central avec ce système. Vous réalisez alors des économies par rapport à l’utilisation d’une chaudière classique pour obtenir une même température de confort ;
  • Elle a un meilleur rendement de combustion et un fonctionnement aussi facile que les modèles traditionnels ;
  • Elle est plus chère qu’une chaudière classique mais moins chère qu’une chaudière à condensation.

Inconvénients de la chaudière à basse température

  • Le rendement de cette chaudière est maximal à une condition : que vous soyez équipé de radiateurs à chaleur douce et/ou de planchers chauffants à basse température ;
    • Cela ne pose pas de problème pour les logements en cours de construction : vous avez toujours l’occasion de choisir vos installations ;
    • Par contre, si vous possédez déjà des radiateurs haute température, vous devrez entreprendre des travaux afin de les remplacer. Cette éventualité n’est pas obligatoire mais permettra d’optimiser le fonctionnement de votre nouvelle chaudière.
  • Le rendement énergétique de cette chaudière est inférieur à celui des chaudières à condensation.

Fonctionnement d’une chaudière à basse température

Le principe de base de la chaudière gaz à basse température est le même que les autres modèles.
Le principe de base de la chaudière gaz à basse température est le même que les autres modèles. © lenergietoutcompris.fr

L’objectif de la chaudière gaz à basse température est d’abaisser le plus possible la température des fumées sans produire de condensation interne. Elle utilise donc une eau beaucoup moins chaude que les chaudières classiques pour alimenter les radiateurs ou le chauffage au sol. Elle chauffe l’eau à environ 50°C alors qu’une chaudière classique l’augmente à 90°C. Par conséquent, la consommation de gaz est moins élevée et vous réalisez des économies.

Cependant, une eau plus chaude transmet logiquement plus d’énergie calorifique à l’air ambiant. C’est ici qu’intervient l’importance des radiateurs à basse température. Ils couvrent davantage de surface et permettent donc un échange de chaleur plus important. Tout comme les planchers chauffants, leur grande surface compense la température de chauffe peu élevée de ce genre de chaudière.

Les chaudières à gaz traditionnelles

Chaudière atmosphérique

Le brûleur des chaudières gaz atmosphériques n’est pas équipé d’un ventilateur.

Ces chaudières comprennent en fait des rampes de brûleurs qui sont situés sous le foyer. Dans ce système, l’aspiration d’air par le brûleur est effectuée par le gaz et les flammes.

Deux types de brûleur existent :

  1. Le brûleur traditionnel où l’air et le gaz sont réunis au niveau de la flamme ;
  2. Le brûleur à prémélange où l’air est mélangé au gaz avant la flamme.

Avantages de la chaudière atmosphérique

  • Le prix abordable : cette chaudière est qualifiée de « bas de gamme », son coût est donc moins élevé qu’une chaudière à brûleur pulsé ;
  • L’absence de bruit : vu qu’elle n’est pas équipée d’un ventilateur, cette chaudière atmosphérique est moins bruyante qu’un brûleur pulsé ;
  • La facilité d’utilisation.

Inconvénients de la chaudière atmosphérique

  • Le rendement moindre : il est inférieur à 90 % pour les anciennes chaudières à cause de l’excès d’air ;
  • Des pertes importantes : cette chaudière subit des pertes de balayage quand elle est à l’arrêt. À ce moment-là, l’arrivée d’air du brûleur reste ouverte et le courant d’air créé a pour conséquence de refroidir l’intérieur de la chaudière. La chaleur est alors rejetée vers la cheminée ;
  • Un rejet conséquent d’oxyde d’azote (NOx) : les modèles bas de gamme émettent une grande quantité de NOx mais les dernières technologies de prémélange et de refroidissement de la flamme polluent moins.

Chaudière à brûleur pulsé

La chaudière à brûleur pulsé, ou chaudière pulsatoire, ne contient pas de brûleur à gaz. Le système de combustion se met en route grâce à une bougie d’allumage puis fonctionne de lui-même.

Fonctionnement de la chaudière à brûleur pulsé

Les tubes en spirale dont dispose la chaudière pulsatoire offre un échange thermique optimum avec l’eau.
Les tubes en spirale dont dispose la chaudière pulsatoire offrent un échange thermique optimal avec l’eau. © sysenr.com

Cette chaudière contient donc une chambre de combustion et repose sur le principe de micro-combustions :

  • Un mélange air/gaz pénètre dans la chambre de combustion, ce qui enclenche une micro combustion ;
  • Les gaz produits par la combustion traversent un faisceau de tubes en spirale qui est entouré de fluide de chauffage ;
  • Grâce à cette immersion, l’échange de chaleur avec le fluide de chauffage est performant ;
  • La dépression engendrée par le passage des gaz de combustion dans la chambre crée une dépression : un nouveau mélange air/gaz est arrive dans la chambre et ainsi de suite.

Avec ce système, les gaz de combustion transfèrent une part importante de leur chaleur au fluide de chauffage pour n’atteindre que 50°C à la fin du processus. Les pertes thermiques sont ainsi 3 à 6 fois moins élevées qu’avec une chaudière atmosphérique.

Cela veut dire moins de consommation et environ 30 % de rejets de CO2 en moins dans l’atmosphère qu’une chaudière à gaz classique !

Par ailleurs, vous ne devez pas nécessairement disposer d’une cheminée pour évacuer les gaz de combustion. Leur température faible de 50°C vous permet d’installer simplement un tube en PVC pour les rejeter.

Critères pour choisir votre chaudière

Optez pour une chaudière qui est adaptée à vos besoins en énergie mais aussi aux caractéristiques de votre logement. Les éléments suivants devraient vous aider à faire le meilleur choix selon votre situation.

Les labels HR + et HR TOP

Choisir une chaudière à haut rendement est la solution pour réaliser des économies. En plus, elle est facilement repérable grâce aux labels HR + ou HR TOP qui lui sont réservés.

Ce type d’appareils consomment moins d’énergie et assurent pourtant le même confort que les chaudières classiques. Pour choisir le modèle qui vous convient, sachez que le label HR + est décerné à toutes les chaudières à gaz respectant les normes tandis que HR TOP concerne uniquement celles à condensation. Les installations HR TOP offrent donc un meilleur rendement que les HR +.

Ces deux labels sont délivrés par la « Collectivité du Gaz » qui est une association rassemblant les fabricants d’appareils au gaz et la fédération belge du gaz naturel, l’ARGB. Un laboratoire indépendant, agréé par le Service Public Fédéral Économie, contrôle l’attribution de ces labels et veille aux normes techniques et commerciales applicables en Belgique.

Les garanties techniques :

1. Haut rendement :

  • Pour les appareils HR + : dans le cas d’une chaudière standard de 25 kW, le label réclame un rendement d’au moins 75,8 %. Pour une chaudière à basse température, le rendement doit par contre être de minimum 88,6 %.
  • Pour les appareils HR TOP : le rendement minimal à puissance nominale est d’au moins 95 %.

2. Faibles émissions en CO et en NOx :

  • Pour le label HR + : limitation en monoxyde de carbone fixée à 110 mg/kWh et celles d’oxyde d’azote à 150 mg/kWh ;
  • Pour le label HR TOP : limitation d’oxyde d’azote fixée à 70 mg/kWh.

Les garanties commerciales :

  1. Garantie de deux ans ;
  2. Assistance technique ;
  3. Garantie de travailler avec des professionnels formés sur le fonctionnement de ces chaudières.

Chaudière murale ou au sol

Selon la surface disponible dans votre logement, vous pouvez choisir entre une chaudière murale ou une chaudière au sol :

  • Les chaudières murales occupent très peu de place et sont recommandées pour les petits logements ou les appartements. La plupart d’entre elles ne possèdent pas de cheminée ;
  • Les chaudières au sol sont plus encombrantes mais également plus puissantes.

Cheminée ou non pour évacuation des gaz

Il existe des chaudières ouvertes et des chaudières étanches.

Les chaudières ouvertes nécessitent la présence d’une cheminée pour éliminer les gaz de combustion. Ces installations aspirent l’air de la pièce dans laquelle elles se situent afin de faire fonctionner le processus de combustion. Il est donc important de placer votre appareil dans un local bien aéré.

Quant aux chaudières étanches, elles tirent l’air dont elles ont besoin de l’extérieur de votre domicile. Les gaz de combustion sont eux aussi évacués vers l’extérieur en utilisant le même conduit. L’installation d’une cheminée est dès lors inutile pour ce type de chaudières qui peuvent être placées partout. Par ailleurs, elles sont considérées comme étant plus sûres que les installations ouvertes.

Éléments à retenir

Pour bien choisir votre chaudière à gaz, tenez compte de sa puissance et de son rendement. Plus celui-ci sera élevé, plus vous réaliserez des économies.

De nombreuses possibilités sont disponibles sur le marché : chauffage au sol, chauffage mural, différents types de radiateurs… Prenez le temps nécessaire pour comparer les caractéristiques de chaque système afin d’investir dans une installation faite pour vous. Calculer votre consommation de gaz pourra même vous aider à savoir si l’investissement que vous projetez de faire est rentable ou non.

Gardez également à l’esprit qu’il est possible de combiner une chaudière de chauffage central avec un approvisionnement en eau chaude. Il s’agit alors d’une « chaudière combinée ». Si ce système ne vous intéresse pas, vous pouvez faire chauffer votre eau dans un appareil séparé (comme un chauffe-eau instantané ou un boiler).

Les options ne manquent donc pas pour que vous puissiez trouver votre bonheur… Lorsque ce sera chose faite, n’oubliez pas de faire contrôler votre nouvelle installation de gaz. Cette étape est obligatoire pour procéder à l’ouverture du compteur.

Comments of the page

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

KillMyBill utilise des cookies pour améliorer l’expérience utilisateur. En continuant à surfer, vous acceptez les conditions d’utilisation de ces cookies. En savoir plus.