2020, l’année où les Belges auront accès à la 5G ?

Lors des tests menés sur la technologie 5G, Proximus a enregistré des vitesses 100 fois pus rapides qu'en 4G. © iStock

Les réseaux mobile ne cessent de progresser. Preuve en est encore une fois avec la dernière annonce de Proximus. En 2017, l’opérateur débutera le déploiement de la 4,5G qui sera suivie rapidement de la 5G. Et oui, l’entreprise est déjà en train de réaliser des tests qui seraient plutôt concluants !

Proximus avance dans ses recherches ! En collaboration avec Huawei, une société chinoise active dans le secteur des TIC, l’opérateur historique a expérimenté la 5G sur le territoire belge. C’est le premier à l’avoir fait dans notre pays et il a l’air satisfait des premiers résultats obtenus. Cependant, il reste encore beaucoup de travail à fournir alors que des projets ont déjà été menés en Asie et aux États-Unis. Selon Proximus, il faudra en effet attendre plusieurs années avant qu’un véritable réseau 5G ne soit développé en Europe.

La 5G ? Du jamais-vu en termes de performance

D’après les spécialistes, le trafic de données mobile va exploser d’ici 2020. Il devrait être multiplié par 8, notamment en raison du nombre croissant de smartphones, du succès du format vidéo et de l’essor de l’internet des objets (IdO). Mieux vaut donc que les réseaux suivent la cadence pour ne pas être à bout de souffle ! Heureusement, cela semble bien parti au regard des propos tenus par Proximus lors d’une conférence de presse :

« La 5G surclassera les technologies 4G, 4G+ et 4,5G en termes de débit et de temps de réaction, avec des vitesses de pointe de plusieurs dizaines de gigabits par seconde. »

Pour vous donner un ordre d’idées, la 4G permet actuellement d’atteindre une vitesse variant entre 100 et 150 mégabits par seconde. La technologie 4,5G, qui sera déployée progressivement dès l’année prochaine, fera mieux avec maximum 1,1 gigabit par seconde. Quant à la 5G, elle parviendra à 70 gigabits par seconde. C’est-à-dire qu’elle multipliera par 100 les débits théoriques de la 4G ! Rien que ça ! Geert Standaert, Chief Technology Officer chez Proximus, en a expliqué les avantages :

« La 5G augmente la vitesse d’envoi des données d’un appareil à l’autre, celle-ci passant d’environ 50 millisecondes (4G) à 1 milliseconde (5G), une accélération qui influence surtout le temps de réaction des applications de haute technologie, comme les voitures autonomes. »

Déployée à partir de 2020, elle permettra en outre de télécharger un film en quelques secondes alors que plusieurs minutes sont nécessaires avec la 4G. Bref, si la 5G tient ses promesses, elle sera tout à fait capable de répondre à nos besoins futurs. Pour l’instant réduite à un exercice en laboratoire, elle engendrera de légères modifications au niveau technique :

« D’un point de vue technique, la 5G nécessite du spectre supplémentaire (bandes de fréquence) et une mise à niveau du réseau mobile actuel. Mais pas besoin de remplacer les pylônes existants : l’installation de petites cellules (small cells) est suffisante. »

Des tests déjà réalisés à Anvers confirment l’efficacité de ce système. Autrement dit, l’installation de la 5G s’annonce bien moins contraignante que fut celle de la 4G à l’époque.

En attendant la 5G… la 4,5G !

S’il faut se montrer encore un peu patient avant de pouvoir profiter des performances de la 5G, il sera bientôt possible de goûter à celles de la 4,5G. Alors que Proximus s’apprête à lancer la VolTE sur son réseau 4G, l’opérateur compte en effet apporter d’autres améliorations. Il prévoit ainsi de déployer courant 2017 la 4,5G. Mais dans un premier temps, seules quelques grandes villes seront desservies. Nous ne savons pas encore desquelles il s’agit mais Bruxelles et Anvers figurent certainement dans la liste des heureuses élues.

Quoi qu’il en soit, cette avancée sera appréciable puisque la 4G+ offrira des vitesses de 450 mégabits par seconde. Logiquement, pour que ses clients puissent en profiter, Proximus devra adapter ses abonnements GSM. Mais pour le moment, l’opérateur ne leur promet rien :

« On a en effet tendance à adapter nos offres à l’utilisation de nos abonnés – plus nos forfaits évoluent, plus ils intègrent de données mobile. »

Les différentes formules tarifaires devraient donc se montrer de plus en plus généreuses en données mobile. Restera à découvrir si leur prix sera également adapté.

Comments of the page

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

KillMyBill utilise des cookies pour améliorer l’expérience utilisateur. En continuant à surfer, vous acceptez les conditions d’utilisation de ces cookies. En savoir plus.