Peu de Belges changent d’opérateur télécom pour payer moins cher !

Rares sont les clients belges à changer d'opérateur internet, effrayés par la complexité des démarches. © Pixabay

L’IBPT vient de publier son dernier rapport annuel concernant la compétitivité de la Belgique face aux pays voisins en matière de télécoms. Alors, les Belges doivent-ils débourser davantage que les autres pour profiter des téléphonies fixe et mobile, d’internet et de la télévision ? KillMyBill vous dit tout !

Chaque année, l’IBPT, le régulateur des télécoms, analyse les prix pratiqués par les opérateurs belges, français, britanniques, allemands, néerlandais et luxembourgeois. Pour ce faire, il respecte une méthodologie précise qui a l’avantage de donner une image représentative des marchés en question. Par exemple, les entreprises sélectionnées occupent une place significative dans le paysage des télécoms de chaque pays et les 715 tarifs analysés ont été repris hors promotion. Cette fois, l’IBPT s’est basé sur les prix valables en août 2016, tout en sachant qu’ils ont été corrigés en fonction du pouvoir d’achat national.

Aucun changement notable pour la téléphonie et l’internet

Par rapport à l’année passée, les prix des plans tarifaires belges pour les téléphonie fixe et mobile sont restés dans l’ensemble identiques. Pour les abonnements GSM, notre pays a toutefois perdu en compétitivité car les tarifs appliqués chez nos voisins ont diminué, sauf en France. Sur six pays, nous nous classons à la troisième place, la France et le Royaume-Uni étant plus abordables. Par contre, nous faisons mieux pour les cartes prépayées en nous hissant à la deuxième place.

D’une manière générale, tant pour la téléphonie fixe que mobile, l’IBPT constate que les différences de prix entre les pays tendent à se réduire.

Concernant internet, les nouvelles sont plutôt bonnes : la Belgique propose les tarifs les moins élevés pour la catégorie 30 à 100 Mb/s et rivalise également avec les Pays-Bas et le Luxembourg pour la catégorie + 100 Mb/s.

Le triple play reste cher en Belgique…

Si le niveau du prix moyen du triple play (TV + internet + téléphonie fixe) n’a pas beaucoup évolué en Belgique, il reste tout de même élevé par rapport aux pays voisins. Et ce, tant pour une vitesse entre 30 Mb/s et 100 Mb/s que pour l’internet ultra rapide. Précisons tout de même que le profil le plus représentatif des utilisateurs belges (internet haut débit, TV et utilisation limitée du téléphone fixe) a coûté en moyenne deux euros de plus en un an.

C’est sans aucun doute en France que le triple play est le moins cher. Mais ne pensez pas que tout est rose dans l’Hexagone. En effet, l’IBPT fait remarquer que l’internet super rapide est loin d’y être disponible partout géographiquement.

Vous aimez ajouter votre abonnement GSM à votre pack internet ? Sachez alors que pour le quadruple play, la Belgique se profile comme étant moyennement chère alors qu’elle était plutôt bon marché l’année dernière. La raison ? Nous avons cette fois été dépassé par la France pour laquelle l’IBPT a pu cette fois obtenir des résultats représentatifs.

… mais la qualité des réseaux est élevée !

Le prix des offres est évidemment un critère non négligeable pour tout consommateur désirant réaliser des économies. Cependant, payer moins cher veut parfois dire disposer d’un débit limité, d’un faible volume de données ou d’une qualité de services moindre. Et sur ce dernier point, la Belgique n’a pas à rougir. S’il est vrai qu’elle n’est pas toujours bon marché, elle a tout de même le mérite de proposer aux utilisateurs des réseaux fixe performants et de bonnes couvertures mobile comme l’a expliqué à L’Echo Jack Hamande, président du Conseil de l’IBPT :

« Il faut vraiment se rendre compte de la qualité des réseaux fixe et de la couverture mobile, par exemple, en Belgique. Sur certains aspects, on fait trois fois mieux que la France, qui affiche par contre les tarifs les plus bas. »

De plus, vous le savez peut-être, les débits annoncés par les entreprises sont uniquement théoriques. Bien souvent, en pratique, les utilisateurs bénéficient de débits moins importants. Mais là aussi, les opérateurs télécoms belges se distinguent positivement au niveau européen. D’après l’IBPT, en moyenne, les prestations réelles sont ainsi comprises entre 85 et 87 % des vitesses indiquées.

Pour en revenir aux tarifs, nous avons souvent l’impression de payer de plus en plus cher. Pourtant, en comparant la Belgique aux pays voisins et en tenant compte du pouvoir d’achat de chacun, nous remarquons que les prix sont restés relativement stables. Ensuite, comme a pu l’expliquer à L’Echo Luc Van Fleteren, membre du conseil du régulateur, il est évident que la qualité des réseaux est intrinsèquement liée aux prix pratiqués :

« Il faut aussi considérer le fait que les opérateurs belges investissent plus dans leurs réseaux que leurs homologues européens. »

Concrètement, en moyenne, les opérateurs belges consacrent 20 % de leurs revenus à l’entretien et à l’amélioration de leurs réseaux. Un pourcentage respectable quand on sait que la moyenne européenne avoisine les 15 % pour les réseaux fixe et 13 % pour le mobile.

Les Belges peu enclins au changement

En Belgique, les consommateurs de produits télécoms paient assez cher et pourtant, ils sont peu à comparer les tarifs et à changer d’opérateur GSM ou internet comme l’a confié Luc Van Fleteren :

« Il y a de véritables effets de lock-in, d’enfermement des clients dès qu’ils optent pour une formule triple ou quadruple play. »

D’après l’IBPT, seuls 21 % des utilisateurs seraient prêts à résilier leur contrat quadruple play s’ils découvrent que prendre les différents services séparément leur coûterait moins cher. Selon Jack Hamande, ce phénomène a diverses explications :

« Ces clients sont parfois simplement satisfaits de leur situation, mais il y a aussi beaucoup d’inertie, de craintes face à la complexité des démarches, etc. »

Heureusement, cela devrait changer en juillet prochain grâce à l’entrée en vigueur de l’arrêté royal Easy Switch. Destiné à faciliter le changement d’opérateur télécom fixe, il devrait inciter les Belges à profiter pleinement de la concurrence sans craindre une longue coupure des services.

Comments of the page

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *